30.5.18

LES ARCHIVES AKASHIQUES ET LE PLAN ASTRAL





(15.11.86)


Thèmes :



  1.   Comment faire pour consulter les archives akashiques ?

          - la rencontre avec la Conscience Universelle

  2.   Comment évaluer l’authenticité d’un message ?

  3.   Est-il dangereux le voyage astral ?

  4.   Que sont les larves astrales ?

    5. Les différences et les relations entre l’Occident et l’Orient

  6.   De quelle manière aborder notre incarnation sur la Terre ?

        -  Les deux aspects de la création

  7.   Conclusion







1.  COMMENT FAIRE POUR CONSULTER LES ARCHIVES AKASHIQUES ?



Nous vous saluons.

Voici la première question, on nous demande :

De quelle façon peut-on consulter la mémoire collective de l’univers, c’est-à-dire les archives akashiques ?


La consultation auprès de l’Akasha est un phénomène constant entre justement cette partie du Ciel que l’on appelle la mémoire cosmique et le subconscient ou l’inconscient collectif de l’humanité. C’est-à-dire qu’à chaque instant en fait vous vivez d’après une partie ou un certain degré de l’Akasha qui contient l’inconscient ou subconscient collectif de l’humanité.

Et ceci est dû parce que vous devez savoir que de la même manière que l’astral est divisé en plusieurs sections comme nous en avons déjà parlé, l’Akasha lui-même est aussi sectionné. Ce qui fait que de la même manière qu’il existe un bas astral, un moyen astral et un haut astral. Eh bien il existe aussi un Akasha de bas degré, un Akasha de degré moyen et un Akasha de degré supérieur.

Et en correspondance avec l’humanité, l’Akasha c’est un peu la substance mentale de l’humanité, c’est-à-dire que c’est l’endroit ou la substance mentale des maîtres, des guides et des humains (plus ou moins bien intentionnés), plus la substance mentale de toute l’humanité en évolution se rencontrent et forment dans une certaine partie de la substance éthérique et astrale de la Terre, ce que vous appelez les mémoires akashiques.

Parce qu’il ne faut pas oublier qu’avant tout un acte, une pensée sont des substances et se réduisent et s’expliquent avant tout comme substances que l’on peut appeler aussi des ondes ou rayonnement (ce qui revient au même).

Si donc on considère toute pensée comme une substance, tout acte, tout geste comme un rayonnement, il faut bien penser que quelque part cette substance va être enregistrée et cet enregistrement va rester dans son royaume en quelque sorte.

Et c’est cela ce qui compose l’Akasha, car comment définir l’Akasha si ce n’est pas tout d’abord en définissant sa nature, parce qu’on ne peut pas aller vers l’Akasha sans en comprendre d’abord sa nature. Et la nature l’Akasha c’est la substance globale de toutes les intelligences humaines et non humaines de la Terre, et aussi bien que des autres univers.

Ce qui fait que si à un moment donné, une hiérarchie d’une autre planète décidait (sous l’ordre de la hiérarchie terrestre) d’avoir un certain rôle à jouer sur la Terre dans son évolution, à ce moment-là il faudrait que cette hiérarchie extraterrestre puisse construire dans l’Akasha de la Terre une forme de sas, c’est-à-dire un endroit où elle puisse entreposer ses données à fin que l’humanité puisse régulièrement avec les cycles en être arrosée (comme une pluie qui tombe sur un champ).

En fait tout se passe par l’intervention de l’Akasha, que ce soit dans un mouvement d’évolution ou d’involution comme font les Maîtres lorsqu’ils veulent instruire les humains, car dans le phénomène de l’instruction, il y a de l’involution. Ce qui ne veut pas dire que l’enseignement descendant sur la Terre devient obscur. Mais le fait qu’il descende utilise les énergies de l’involution.

Donc l’Akasha est une forme de point de rencontre absolument nécessaire, car sans cela, il n’y aurait pas de continuité dans l’évolution de l’homme parce qu’il n’aurait pas de mémoire.

Il n’aurait pas de fil d’Ariane, car depuis le premier jour quand il était un homme préhistorique et où il grattait des silex, jusqu’à ce fameux jour où il devient un être divin, il faut un fil d’Ariane.

Et quel est ce fil ?

Il est dans la conscience, car comme je vous l’ai dit de nombreuses fois, toute l’évolution de ce grand voyage cosmique que vous êtes en train d’effectuer se situe dans la conscience, à l’intérieur même de la conscience.

Donc il faut qu’il y ait une continuité, mais cette continuité elle n’existe pas en elle-même. Et pour qu’elle existe il faut créer un centre de données où on puisse les estoquer en quelque sorte. Il faut une mémoire un peu comme un ordinateur. Et ainsi à chaque fois la race humaine imprime ses données, et à un niveau plus individuel aussi chaque humain imprime ses données, et il les retrouve à chaque naissance et il travaille donc sur quelque chose de concret.

Parce que s’il n’avait pas d’Akasha, il faudrait sans cesse à chaque vie absolument tout recommencer, or la mémoire existe et comme je vous l’ai précisé il y a quelque temps, tout est grâce à la mémoire. Toute l’évolution s’est faite grâce à la mémoire.

Et je sais qu’en partie elle peut sembler freiner l’évolution, car il y a des dangers à trop vivre de par la mémoire, donc dans le passé, comme par exemple à avoir un comportement trop rétroactif, au lieu d’avoir un comportement évolutionnaire. Mais sur cela nous en avons déjà parlé donc je laisserai ce thème de côté.

L’Akasha c’est donc une immense banque de données qui contient tout, depuis le balbutiement du premier homme, le mouvement d’aile du premier oiseau, la formation du premier gaz sur la Terre, l’existence du premier atome. Jusqu’à la fin des temps.

C’est le livre ouvert de la Terre en dans un degré plus cosmique de l’univers.




Donc,

Comment allez-vous lire dans l’Akasha ?

C’est très simple, il faut tout simplement que vous vous situiez vous-même par rapport à l’Akasha que vous voulez justement consulter.

En fait il y a beaucoup d’êtres qui consultent de manière inconsciente l’Akasha et souvent pendant la nuit, mais c’est un Akasha qui n’est pas bon parce que comme je vous l’ai dit, l’Akasha a plusieurs degrés et il ne faut pas trop aller dans l’Akasha que nous appellerons (pour nous faire comprendre) : l’inconscient collectif bas où justement il est si facile d’automatiser les gens.

Nous avons déjà expliqué que l’homme vit en grande partie par rapport à son inconscient et non pas par rapport à son côté objectif, à sa conscience active. Il vit surtout dans l’actuel niveau de son évolution d’après sa conscience collective et c’est pour cela qu’il est influençable et manipulable, et qu’il vit par moments par des gestes automatiques.

Et c’est pour cela qu’il ne sait pas ce qu’est la véritable liberté, et qu’il accepte tel ou tel sacrifice même au péril de sa vie comme il se passe pendant les guerres. C’est pour cela qu’il accepte ces idées alors qu’au fond de lui finalement quand il réfléchit cela ne lui plaît pas trop, mais poussé par une force venue d’on ne sait pas où, il accepte.

Tout ça c’est la force de cet Akasha, la force de l’inconscient collectif, et l’inconscient collectif c’est la zone basse de l’Akasha. Alors il faut se sortir de ce niveau-là parce que les gens qui vivent toujours en relation avec ce bas degré de l’Akasha font partie de la masse. Mais il faut au contraire sortir de cette masse.

Au fait, depuis votre premier souffle jusqu’à votre dernier souffle, vous vivez et vous vous mouvez à l’intérieur de l’Akasha lui-même. Tout dépend à quel degré de l’Akasha, c’est-à-dire de la Conscience Universelle, vous vivez.

Si vous vivez au degré de la Conscience Universelle qui se trouve endormie, vous êtes alors dans l’inconscience et vous agissez de manière automatique et vous êtes proche de l’animal (sans que cela soit péjoratif bien sûr, vous comprenez ce que je veux dire). Mais par contre, plus vous évoluez et plus vous allez être en contact avec l’Akasha supérieur.

Et à ce moment-là viennent justement les inspirations, les fortes intuitions, les prémonitions. C’est lorsque vous êtes en contact avec cet Akasha moyen-supérieur.

Parce que comme je l’ai dit mille fois :

D’où vient la voyance ?

D’où viennent les arts ou les dons de ce type-là ?

La vision, les visionnaires que l’on retrouve aussi bien dans toutes les parties de l’art que dans les dons paranormaux. C’est justement parce qu’à un certain moment, l’homme arrive à basculer à un degré supérieur de cette mémoire universelle qu’est l’Akasha, mais vous pouvez aussi l’appeler « Conscience Cosmique » c’est comme vous voulez.

L’homme a l’habitude de tout structurer et de donner des noms aux différents aspects pour mieux comprendre, parce que s’il ne comprend pas, il a l’impression de devenir fou. Alors autant systématiser.


En fait quelle est la relation entre l’Akasha et la Conscience Cosmique ?

L’Akasha n’est rien d’autre que la Conscience cosmique elle-même, mais la Conscience Cosmique dans un autre aspect et dans un autre rôle. Dans un rôle de mémorisation pour l’évolution de l’Univers.

Et pour ce qui est de l’aspect technique,

Comment contacter l’Akasha ?

Alors je vous dirai que cela dépend d’abord de votre talent personnel. Ça c’est un fait. Mais tout humain qui a le cœur pur et qui se met dans une relaxation suffisamment profonde et durable, car il y a beaucoup de relaxation que sont profondes mais pas durables chez les gens.

Et dans ce cas-ci il faut pouvoir la maintenir suffisamment longtemps pour entrer dans une sorte, je ne dirais pas de sommeil, car il ne faut pas tomber dans le sommeil, mais dans une sorte de doux souffle intérieur. Un peu comme si vous planiez, comme vous dites.

Et à ce moment-là, et c’est pour cela qu’il ne faut pas dormir car à ce certain moment il faut envoyer, avec l’esprit clair, la question qui vous intéresse, et rester à l’écoute.

Et l’inspiration, l’intuition qui peuvent venir à ce moment-là, seront les réponses de l’Akasha.



Alors ce que je ne veux pas, ce que dès demain vous vous mettiez à contacter l’Akasha de cette manière-là, car pour pouvoir contacter l’Akasha, comme pour pouvoir contacter n’importe quoi ou n’importe qui d’autre, il faut avoir l’intention pure.

Tout dépend avec quelle main vous allez prendre la part du gâteau. Parce que si vous avez les mains sales, alors le gâteau que vous mangerez sera sale et vous risquerez de vous rendre malade parce que vous y aurez mis vos propres microbes.

Et c’est pour cela qu’il faut absolument que l’homme apprenne d’abord à se nettoyer, à se purifier et à clarifier ses intentions. Parce que plus ses intentions seront claires, positives et humanistes, et plus il aura des facilités d’accès que ce soit avec un guide, ou avec l’Akasha, ou avec Dieu le Père lui-même !

Ce qui conte c’est votre pureté intérieure et c’est pour cela qu’il ne sert à rien que je vous donne une méthode pour arriver à telle ou telle technique, ou pour faire advenir en vous tel ou tel phénomène paranormal.

Non, ce serait une erreur agir ainsi et je n’amuse pas à mes amis et à mes frères avec des feux frôlés. Par contre si vous avez la patience, le courage et l’authenticité de regarder en vous et de faire du propre, alors vous n’aurez même pas besoin d’avoir une démarche pour contacter l’Akasha ou un guide, parce que le branchement se fera automatiquement.

Pourquoi ?

Parce que vous êtes déjà branché avec l’Akasha et avec tous les guides du monde, vous êtes déjà branché, seulement vous ignorez ce fait. De la même manière comme vous êtes déjà un être divin, mais vous n’êtes pas encore conscient de cela.

Que faut-il donc faire ?

Il faut rendre ce lien vivant. Il faut rendre ce lien actif. Et s’il faut le rendre, cela veut dire qu’il ne l’est pas.

Pourquoi ne l’est-il pas ?

Parce qu’il est obstrué par tous les voiles dont j’ai si souvent parlé. Alors comme Salomé déshabillez-vous de tous ces voiles que sont les illusions, les désirs, l’égocentrisme, etc.


Ce qui compte toujours, quelque soient vos questions que vous venez me poser, et auxquelles je réponds, comme on répond à des enfants en fait. Parce que comme je vous l’ai déjà dit, les questions ne m’intéressent pas. Pas du tout. J’ai d’autres choses à faire que répondre à des questions.

Et alors vous allez sûrement vous demander :

Et pourquoi est-ce que je réclame des questions ?

Parce que l’esprit humain est tellement vagabond, que s’il ne vient pas avec son intérêt et que son intérêt n’est pas pris en compte et en considération, alors il ne prête pas attention. Et donc pour qu’il puisse entendre au moins une fois dans sa vie des mots comme :

« Purifie-toi, mon frère, fais l’effort je te le dis, car il n’y a que ça qui est vrai, il n’y a que ça qui compte. »

Eh bien il va falloir passer par des questions parfois stupides qu’il peut poser, mais c’est tant mieux et c’est pour cela qu’il faut que cela continue ainsi. Parce que c’est tant mieux. Parce qu’on ne peut pas espérer ne parler que des grandes choses car cela ne sert à rien. Par contre il faut en faire en sorte que les grandes choses arrivent, parce que c’est ça qui est bien.


Donc, revenons à l’Akasha.

Pour pouvoir contacter cette substance mentale de la Terre et du Ciel. Substance sur laquelle les Maîtres eux-mêmes ils travaillent, et les guides eux-mêmes ils travaillent, parce que l’Akasha c’est la substance avec laquelle ils travaillent et ils modèlent les canaux.

Il faut vous purifier et plus vous serez propre à l’intérieur, plus vos intentions seront claires, plus votre cœur sera fraternel, plus votre esprit sera instruit et dépouillé de l’ignorance, et par conséquent capable de discernement, et alors plus vous pourrez à n’importe quel moment être en contact avec l’Akasha. Vous n’aurez même pas besoin d’aller la chercher.

Et ceci est dû parce qu’automatiquement dès que vous enlevez les briques qui bouchaient la sortie du ruisseau, le ruisseau vous éclabousse de toute sa force naturelle. Vous n’avez pas besoin de vous glisser dans la gorge du ruisseau pour aller chercher profondément son eau, parce qu’il suffit d’enlever les briques qui obstruaient sa sortie et vous aurez toute l’eau qui vous faut pour vous et pour vos amis aussi.



Tout le phénomène de l’évolution est le même que celui-là, et c’est pour cela qu’il n’est pas nécessaire que vous vous intéressiez à telle ou telle démarche, à telle ou telle technique. Parce que ce qu’il faut c’est de d’abord faire avec les valeurs existantes, et je parle des valeurs authentiques.

Et le premier principe c’est lequel ?

C’est grandir spirituellement, et tant que l’homme ne comprendra pas ça, il pourra faire des milliers et des milliers de retours sur cette Terre, souffrir et être enfanté dans la douleur, sans avoir rien compris.

Il faut vous grandir.

Et se grandir c’est quoi ?

Ce n’est pas se mettre un emplâtre sur la figure, un emplâtre de saint, un emplâtre de moine, ou un emplâtre de l’élève de telle école ésotérique, ou de l’appartenance à telle société initiatique. Il faut enlever tous ces masques et au contraire être soi-même dans son aspect le plus brillant.

Mais être ainsi c’est l’acte le plus difficile parce qu’il faut aller vous chercher dans l’endroit où vous n’avez pas l’habitude d’être en tant que conscience objective. Vous y êtes dans cet endroit, oui mais en sommeil. Il faut donc susciter l’éveil. Et susciter l’éveil c’est faire sortir une à une, comme des narcisses, comme des jonquilles, comme des tulipes, comme des fleurs. Toutes les qualités qui correspondent à cet être-là.

C’est-à-dire que plus vous développerez vos qualités, et plus vous susciterez l’éveil de cet être qui est en vous et qui est vertu, qui est humanisme, fraternité, discernement, amour. Et automatiquement vous réveillerez la véritable partie de vous-même.


Pourquoi les hommes ont aussi peu l’impression d’exister vraiment ?

Parce que la véritable part de leur être qui est la véritable vie, n’est pas suscitée à la vie. Au contraire, ils l’endorment chaque jour davantage en laissant toujours vivre leur côté négatif.

Alors faites taire un peu la part négative et suscitez davantage la part positive. Et ceci sans combat. Vous n’avez pas besoin de vous combattre. Vous n’avez simplement qu’à vous observer, à vous évaluer et à vous mesurer, comme si vous étiez un instrument :

« Voyons, maintenant il y a deux natures en moi, il y a le côté positif et le côté négatif. Et comme je ne suis pas masochiste, et comme je n’ai pas envie de trainer éternellement sur cette planète. Si on essayait un petit peu de développer le côté positif ? »

Et c’est facile quand on le veut vraiment. C’est même très facile, il suffit d’avoir l’intention, mais cette intention-là par contre est difficile à acquérir car jusqu’à un certain point l’homme se trouve tout type de raisons pour continuer à être négatif et il ne trouve la motivation pour devenir bon qu’au bout de mille et une souffrances lorsque finalement il en a trop assez.

Mais pour quoi attendre d’en arriver jusqu’à cette ultime souffrance alors qu’elle n’est pas nécessaire ?

Autant décider l’esprit pur et clair tout de suite.

Et ainsi tous les guides et tout l’Akasha supérieur pourront se contacter avec vous car comme je l’ai dit les guides et même les Maîtres utilisent l’Akasha.


Comment est-ce que cela se fait ?

Eh bien, lorsque l’on comprend que tout est substance et correspondance dans l’Univers, cela devient facile à comprendre.

Imaginez ce plan intermédiaire entre la conscience humaine et la conscience des Maîtres (que vous imaginez comme une sphère). Et entre ces deux sphères il y a une conscience qui s’est construit, un point de rencontre appelé l’Akasha et qui se forme depuis l’origine du monde et de l’humanité.

Et au fur et à mesure de l’évolution, le plan du Ciel, cette sphère des Maîtres rentre dans l’Akasha et imprime dans l’Akasha toutes les données de lumière à l’état pur.

Ce qui fait que tous les rituels qui auront lieu sur la Terre depuis le début jusqu’à la fin y sont marqués. Toutes les formes de temples, toutes les formes de religions, tout y est marqué. Ce qui ne veut pas dire que l’homme vit avec ce qui est déjà prévu. Non. Parce que c’est marqué en tant que substance, mais non pas en tant que décret. Il ne s’agit donc pas là d’un acte qui rejoint l’ordre. Non, c’est une substance.

Et au fur et à mesure de l’évolution, l’homme crée dans cette substance akashique, des petits escaliers.

Il crée d’abord son propre Akasha comme nous parlions tout à l’heure : le bas Akasha, celui de l’inconscient collectif. Et cet Akasha dure très longtemps et vous y êtes encore pour beaucoup, parce que tant que l’homme n’aura pas découvert suffisamment d’individualité, donc de libre arbitre, donc de liberté, alors il sera prisonnier de ce bas Akasha.

Mais plus l’homme apprend à se libérer, à agir de par son propre discernement, de par sa véritable volonté, alors il se dégage de ce bas Akasha trop terrestre, pour au lieu de cela rentrer de plus en plus dans l’Akasha des guides et des Maîtres. Et à ce moment-là il est investi par les idées divines, c’est-à-dire que ses inspirations, ses motivations, ses buts, ce qui conditionne sa nature ne viennent plus d’en bas mais viennent d’en haut. Et plus il évolue et plus il se réfèrera à des altitudes divines.

Ce qui fait qu’à un certain moment il arrive à dépasser même cet Akasha supérieur pour ne rencontrer que l’esprit du Maître et c’est un grand moment d’initiation à ce moment-là.

Pourquoi ?

Parce qu’il n’y a plus de programmation, il n’y a plus d’idéation. On n’interprète plus les choses, même si elles ont une interprétation divine. On ne s’imagine plus à propos de Dieu quoi que ce soit, ni à propos des Maîtres. Il n’y a que la connaissance absolue.

Mais pour sortir de tout ce phénomène il faut des millions et des millions d’années car pour arriver à ce point-là, l’homme a besoin successivement de passer à travers de différentes programmations pour arriver à ce point de non-programmation ou de vide. Endroit où il pourra contempler. Non plus recevoir mais contempler.

Et à ce moment-là il n’a même plus de réflexion, il n’a plus du tout d’interprétation intellectuelle ou mentale. Il n’a même plus recours à une quelconque forme de mentale. Il est la contemplation et il contemple la chose existante. Et à ce moment-là dans l’univers résonne une phrase qui est bien connue surtout en Orient :

« SO HAM »

(Je suis cela.)

Et à cet instant de sa vie cosmique, il n’interprète plus à Dieu comme quelque chose d’étranger, parce que tant que vous êtes sur le chemin de l’évolution, vous avez des idées préconçues vis-à-vis de Dieu et vis-à-vis des Maîtres etc.

Et pourquoi ce vis-à-vis ?

Parce que vous dites « je » et vous contemplez un point qui est à l’autre bout et qui est différent de vous parce que vous ne l’êtes pas encore. Alors vous interprétez. Et on vous donne des formules, on vous donne des connaissances, on vous donne même des secrets alchimiques. Mais tout cela ce sont des interprétations.

Cependant il arrive un moment de dépouillement tel qu’aucune interprétation ne survit plus car il en n’est plus question. Vous contemplez la réalité. Vous n’avez plus besoin de vous interroger et il n’y a même plus de mystère. Vous ne pouvez que résonner en harmonie avec cette vibration hautement divine et enfin comprendre que vous êtes cela.

Mais ne parlons pas trop de ce qui est encore très loin dans l’avenir.





Pour en finir avec la question qui m’a été posée, il faut donc considérer l’Akasha comme une substance intermédiaire. Et pour autant ne pas même désirer entrer en contact avec l’Akasha.

Parce que,

Pourquoi désirez-vous entrer en contact avec l’Akasha ?

C’est une perte de temps et une perte d’énergie puisque ce n’est qu’un intermédiaire. Visez mieux à contacter les Maîtres. Ou encore mieux, visez à devenir vous-même un jour un Maître.

Les hommes veulent toujours s’amuser avec des broutilles et avec des chariots de bois plutôt que de construire une nef en or.

Et je comprends leurs agissements parce que construire des petits chariots de bois c’est facile. On participe, la personnalité est là, elle fait des plans, on a bien le marteau en main, la cisaille aussi, et aussi le bois.

Mais l’illumination ?

L’illumination c’est autre chose, elle ne se construit pas, elle se dépouille comme un bateau que l’on tire des profondeurs et d’un seul coup elle apparaît. Mais pourtant il faut faire cet effort dans le sens du juste et du vrai.

J’espère que tout à propos de l’Akasha est bien compris. C’est une substance intermédiaire qu’utilisent les Maîtres eux-mêmes. C’est le plus gros des égrégores en fait. C’est le plus gigantesque égrégore que l’on puisse construire dans l’univers, et il s’utilise comme un relais et comme une mémoire cosmique.

Ce qui fait qu’à un moment donné l’homme peut entrer en contact aussi bien avec le passé, le présent et le futur, car dans cette banque de données tout existe. Et cela malgré l’intervention du libre arbitre humain. Tous les plans existent.

Tous les visionnaires lorsqu’ils ont leurs visions, ils sont imprégnés par l’Akasha à ce moment-là. Et aussi les artistes lorsqu’ils ont leur moment d’inspiration sont imprégnés par l’Akasha à ce moment-là. Mais en fait tout le monde est imprégné par l’Akasha constamment. Seulement tout dépend à quel degré de l’Akasha vous êtes rattaché. Et c’est là où il faut faire un effort parce que plus vous évoluez et plus vous rentrez en contact avec la partie supérieure et donc plus vous êtes intuitif, inspiré, télépathe, guérisseur, etc.

Je vous écoute.







2.  COMMENT ÉVALUER L’AUTHENTICITÉ D’UN MESSAGE ?



La deuxième question est posée par un étudiant de spiritisme :

Comment peut avoir certitude sur la validité des messages reçus par médiumnité ?


Pour m’exprimer sur la médiumnité il me faudrait des séances entières car c’est un phénomène très large et on ne peut pas tirer des généralités parce que chaque individu est spécifique.

Pourquoi ?

À cause de la teinte de ses astres et la teinte de son rayon. Ce qui fait que les médiumnités sont fort diverses et en fait chaque être est médium, de la même manière que chaque être est branché à un quelconque degré sur l’Akasha, chaque être est au même temps ouvert sur l’au-delà.

Tout dépend à quel degré et par quelle particularité ou par quelle porte vous êtes branché avec l’au-delà. Ce qui fait que la médiumnité peut avoir plusieurs visages comme la voyance, la prédiction, les guérisseurs, et toutes les autres choses que vous connaissez bien.

Tout ce qui compte c’est le degré initiatique auquel appartient l’individu. Et une fois que ceci est connu, il y a un certain vibrato qui se met dans les airs, admettons.

Et à ce moment-là il y a toute une hiérarchie d’êtres et de vibrations qui correspondent à ce degré initiatique qui investissent à l’individu. Et cela fonctionne de même pour ceux qui sont branchés sur des degrés bas que sur des degrés hauts. C’est la fréquence radio en quelque sorte du médium qui détermine le type d’êtres qui viendront parler, mais ce n’est pas tout.

Ces êtres ne vont pas pouvoir se communiquer à moins qu’ils ne puissent véritablement pénétrer le médium (si le médium est du type à transe laissant totalement son corps et son mental à la disposition de cet être). Mais si le médium est quelque peu conscient ou totalement conscient, à ce moment-là va jouer un plus qu’est sa propre alchimie planétaire, et il va se construire en petit une forme d’Akasha dont nous parlions tout à l’heure.

La substance mentale, la substance initiatique du médium va temporairement s’élever à un certain degré, et la substance mentale, la substance initiatique du guide qui se communique par lui va venir à sa rencontre. Et il y aura à ce moment-là construction d’une mini-Akasha où il va y avoir un mélange des deux substances mentales en quelque sorte, et redistribution par le médium de manières diverses, comme par exemple : en transmettant une énergie, ou en transmettant un message, ou en ayant une vision, etc.

Pourquoi cette alchimie énergétique entre le médium et ce guide ?

Cette alchimie se présente dans le cas où le médium comme je vous l’ai précisé est conscient.

Et pourquoi ?

Parce que tout se passe de conscience à conscience. Ça c’est simple à comprendre, et je ne veux pas trop en dire là-dessus parce qu’il faudrait des séances et des séances pour détailler sur ce thème et nous nous écarterions de la question posée.


Comment donc vérifier si le branchement médiumnique est avec des êtres évolués ou pas ?

C’est simple.

Première analyse c’est l’étude du texte reçu, ou l’étude du message en image reçu. Mais en plus il est très difficile de parler de la médiumnité sans savoir à quelle médiumnité se référer car il en existe beaucoup et très diverses.

Lorsque vous pouvez comparer le contenu du texte, ou de la vision, ou de l’intuition reçue, auprès d’autres textes existants et étant dans des livres sacrés par exemple. Alors cela doit vous réconforter jusqu’à un certain point et cela doit vous indiquer que la source du message est bien intentionné. Et cela doit vous indiquer aussi l’altitude de cette source.

Ça c’est la première des vérifications à faire : voir s’il y a concordance avec les vérités établies dites sacrées.

Et ensuite pour les choses plus ou moins d’avant-garde. Là où il faut justement, je ne dirais pas être sur ces gardes, mais où il faut alors faire un véritable travail de rétrospection. C’est dans votre capacité de recevoir quelque chose sans à priori.

Parce qu’est-ce qui fait qu’un médium pourra être un médium sans défaut ?

(Dans son système de captation j’entends.)

Eh bien, c’est d’après la neutralité dans son mental, la neutralité de son esprit. Et ceci ne se passe pas seulement avec les médiums mais aussi pour tous ceux qui veulent vivre en communion avec l’au-delà, avec l’invisible et les Maîtres.

Être souple, vivre sans principes étroits, sans y à priori, sans s’accrocher à tel ou tel dogme, telle ou telle croyance. Être souple. Mais cette souplesse elle s’acquière à force de discernement et non pas en vous entrainant à le devenir. Car si vous vous entrainiez à devenir souple en disant :

« Eh bien je n’ai plus d’avis là-dessus et je ne cherche plus à avoir des idées préconçues sur tel sujet parce qu’il faut que je sois souple. »

À ce moment-là vous risqueriez au contraire de devenir de plus en plus bête. Donc il faut au contraire vous réserver un temps où vous vous édifiez, donc que vous vous solidifiez avec des principes. Ça c’est un fait. Et c’est pourquoi il ne faut pas désirer être un médium, désirer être un canal, désirer être ou ceci ou cela parce qu’il faut être ce que vous pouvez être.

Et ce n’est qu’en acceptant la chose que vous pourrez être autre chose. Et ainsi vous gagerez du temps. Les gens qui voudraient être ceci ou être cela, alors qu’ils ne le peuvent pas encore et qui travaillent comme tel, perdent énormément de temps sans jamais arriver au but. Alors que si vous vous dites :

« Eh bien voilà, j’en suis là, j’en suis à ce degré et j’ai ça et ça à acquérir. Donc je laisse tomber cette chose où pour le moment je ne peux pas aller plus loin. Cette médiumnité, cette inspiration télépathique, et au lieu de cela j’édifie ce que je peux en ce moment. »

Et ensuite lorsque vous avez fini avec cette édification, vous vous rebranchez et vous êtes ce que vous désiriez être. Mais si vous mettez la charrue avant les bœufs, comme vous dites, ce n’est pas demain que vous ferez la moisson.

J’espère que c’est clair.

Mais revenons à la question et à son centre.

Pour tout médium en connexion il est bon jusqu’à un certain point d’entretenir le doute, ce qui ne veut pas dire qu’il faut entretenir un climat qui systématiquement nie ce qui est reçu. Il faut savoir jouer avec le doute, comme il faut savoir jouer avec l’inspiration et l’intuition. Et savoir avoir une modération de tout cela.

Vous savez, dans le tarot il y a une carte importante qu’illustre très bien cette chose et c’est la carte du charriot où vous voyez la bête blanche et la bête noire tenues pareillement en laisse par le conducteur qui devient par là même triomphant. Et c’est pourquoi il faut savoir tout mesurer, parce que sinon gare à la déroute.


Encore quelque chose à spécifier. Et c’est que le médium ou celui qui a une certaine forme de connexion avec l’au-delà ou avec un guide. Ne doit jamais cesser d’évoluer lui-même, car autant il sera évolué, autant il permettra chaque fois la pénétration de quelque chose de plus grand.

Pourquoi ?

C’est simple, mais en expliquant cela, beaucoup de croyances vont s’effondrer et c’est dommage. Et c’est dommage parce que les hommes ont besoin de croire en quelque chose.

Depuis toujours les médiums ont existé. Autrefois on les appelait des prophètes, mais en fait ils n’étaient pas prophètes, ou très peu. Ils étaient avant tout des êtres inspirés. Ils étaient avant tout des médiums, et il y a avait au-dessus : les initiés.

L’initié ne reçoit pas uniquement le message médiumniquement. L’initie distribue ce qu’il connaît de façon claire et objective. Ce qu’il porte déjà en lui. Tandis que le prophète, celui qui dit « entendre la voix de Dieu ». Celui-là au contraire crée une sorte de mini Akasha comme nous disions tout à l’heure, et fait donc une première digression par rapport à la voix entendue.

J’éclaircis ce que je viens de vous dire.

Pourquoi est-ce qu’il y a diverses religions ?

Pourquoi est-ce qu’il y a divers mythes ?

Pourquoi est-ce qu’il existe diverses formes représentant en fait le même Dieu, une même conscience et énergie divine, un même aspect de la Divinité ?


Si vous allez dans les différentes cultures, vous allez trouver différents termes et pourtant dans chacune de ces civilisations les prophètes disaient être inspirés du Dieu unique, du Dieu vivant, le seul, l‘éternel, etc.

Et chaque fois ce Dieu unique et universel donnait quelque chose qui correspondait très bien à la civilisation en question, ou à l’époque en question, ou au prophète en question.

Pourquoi ?

Parce que cette universalité descend à travers cette Akasha et ce manifeste par le médium en question. Et le médium est le terrain même de l’alchimie où va être construit cette mini-Akasha. Le médium prend à ce moment-là toutes les substances conscientes et inconscientes de sa civilisation et les présente donc comme autant de filtres vis-à-vis de l’universalité qui descend.

Ce qui fait qu’admettons que l’esprit ou l’énergie de la force se manifeste à un prophète qui est du type hindou, alors cette force divine aura l’aspect de Shiva. Mais cette même force-là faites la manifester dans un pays africain et cette force aura un autre aspect et un autre nom. Et faites-là manifester dans un pays de culture hispanique et tout aura un autre sens. Et faites-là apparaître dans un pays occidental tel que vous le connaissez maintenant et les choses auront aussi un autre sens.

Tout dépend donc du filtre et c’est pourquoi avant tout l’élève doit se concentrer sur un travail personnel, mais ce sont tous les élèves du monde qui doivent faire cela. Ils doivent avant tout penser à se dépouiller l’esprit pour interpréter de façon chaque fois plus exacte et plus juste, ce qui est reçu.

Alors comment faire, s’il ya tant d’interprétations à cause de ce qui est l’être humain ?

Il ne faut pas tout jeter en se disant :

« Mais cela n’est qu’un pâle reflet. »

Non

Car ce sont justement ces reflets-là qui ont permis l’édification des religions et des civilisations elles-mêmes. Car plus vous remontez dans l’histoire et plus vous vous apercevez que la religion est toujours en accord avec la civilisation et que c’est presque toujours la religion qui a été le fondement même d’une civilisation.

Pourquoi ?

Parce que la religion c’est la morale, l’institution. C’est tout justement ce qui permet de constituer une société à l’intérieur de laquelle le développement peut avoir lieu. Donc il ne faut pas rejeter tout ce qui vient du passé, ni vous rejeter vous-même. Il faut simplement être conscient d’une chose :

Dieu est Universel

L’homme est dans le microcosme, mais l’homme peut devenir le macrocosme. Et tout ce qu’il peut ramasser au-delà de lui, peut profiter à ceux qui sont dans le microcosme.


Je vous l’ai dit que pour parler sur ce sujet il faudrait plusieurs séances, mais il n’est point encore temps d’aller plus au fond de ces explications.

Pourquoi ?

Parce que beaucoup trop de dogmes religieux seraient ébranlés et il n’est pas question que je fasse ni de chasse aux sorcières ni de jugement. Du moins pas encore. Connaissez simplement la technique, car c’est comme pour tout !  Un travail personnel amène une meilleure connexion avec le Ciel. Un travail personnel amène une connexion de plus en plus pure et grande et divine.

Quand un initié exprime ce qu’il sait de la sagesse, c’est encore moindre que quand c’est un Maître qui s’exprime, et pourtant ils sont reliés à la même source. Mais pourtant il y a quand même des altérations, même chez un initié par rapport au Maître. Et ce que pourrait en dire un Maître, c’est encore moindre par rapport à ce que peut dire le Logos lui-même. Et sa version est encore moindre par rapport à ce qu’est véritablement l’Univers.

Parce que chaque fois qu’il y a une interprétation pour aider l’autre (c’est un fait), on rétrécit la vérité, pour qu’elle puisse entrer justement dans le cube carré de l’esprit de l’homme. Mais chaque fois qu’on la rétrécit elle perd de sa nature, et elle perd un peu de sa valeur.

Donc tous ces cubes il faut les assembler les uns aux autres pour édifier avant tout l’escalier qui vous permettra de plonger vous-même dans l’universalité.

Il ne faut pas dire :

« Ceci n’est pas bon, ceci est moindre, ceci finalement c’est de la foutaise et il ne faut plus croire en personne parce que chacun donne son idée et son interprétation et ainsi on n’arrive à rien. »

Non, je ne veux pas créer des révolutions ce qui vous amènerait à un suicide spirituel. Donc prenez chaque chose comme le moyen de construire, et quand vous êtes au sommet de votre construction, ajoutez le triangle.

Le triangle perçant ne peut le faire et l’ajuter que vous-même, parce que c’est vous-même ce triangle. Vous pouvez avec toutes les religions, avec toutes les connaissances, avec tous les rituels et avec toutes les interprétations, construire la base de la pyramide. Mais le sommet aucun matériau ne pourra le construire, le sommet n’appartient qu’à votre âme. Et c’est lorsque votre âme rejoint son point initial et qu’elle ferme enfin ce triangle, qu’elle construit la véritable pyramide.

Je vous écoute.







3.  EST-IL DANGEREUX LE VOYAGE ASTRAL ?



La troisième question est la suivante :

Est-il dangereux de quitter son corps pour faire des voyages dans le plan astral ?


Premièrement ça dépend de qui est-ce qui quitte son corps ?  Comment-il quitte son corps ?  Et où il va lorsqu’il quitte son corps ?

Beaucoup d’individus parviennent (de manière inconsciente la plupart du temps) à voyager hors du corps, et cela se passe pour beaucoup pendant la nuit.

S’il faut s’interroger par rapport à la nature de l’individu qui se dédouble c’est parce que selon votre degré vibratoire, vous allez être expédiés sur une certaine zone du plan astral (ou un autre) et lorsque vous revenez, vous risquez de ramener avec vous, tout ce qui a été indésirable, si vous avez été dans une zone indésirable.

(Comme le touriste qui ramène une maladie indésirable de son voyage pour être allé dans une région sans se protéger.)

Et c’est pour cette raison que dans beaucoup de religions, avant d’aller vous coucher, il est recommandé de faire une prière ou pratiquer une forme de rituelle à fin de protéger votre nuit.

Pourquoi est-ce que l’on se donne la peine de vous demander cela ?

C’est pour protéger l’âme et le corps pendant son sommeil.

Malheureusement à l’heure actuelle, les gens ne font plus rien de tout cela, et qu’est-ce qui se passe-t-il ?

Eh bien, si on se promène dans l’astral et particulièrement le moyen astral, la nuit, on voit une débauche de corps astraux qui se promènent dans tous les sens et la plupart du temps à moitié inconscients. Et ils se tapent les uns dans les autres. Font des rencontres avec les petits esprits mal intentionnés. Ils essayent de s’y échapper mais ils se font rattraper et sont battus, etc.

Ou sinon ils se tapent contre des murs, ou s’engouffrent dans des grottes, font des cauchemars, et quand les humains se réveillent, ils se disent :

« Ce matelas n’est pas bon parce que j’ai très mal dormi. »

(Rires dans la salle.)

Mais rassurez-vous que ce n’est pas en changeant de matelas que vous vous dédoublerez mieux. Ce qu’il faut, c’est avant tout protéger votre corps éthérique. Et de la manière comme vous vous endormez, vous allez canaliser votre dédoublement (si dédoublement il y a naturellement au cours de votre nuit), et c’est pour cela qu’il faut absolument protéger votre nuit.

Alors vous pouvez le faire en suivant tout simplement ce que vous disent les religions, ce qui est très bon et c’est très performant, ou vous pouvez avoir recours à des choses plus simples comme par exemple en faisant le signe de la croix (ou un autre pentacle) sur vous-même avant d’aller vous coucher. Ou une croix que vous fixez près de votre lit (ou un autre symbole sacré). Mais il faut protéger l’endroit où toute l’activité inconsciente peut resurgir à votre insu, sans votre contrôle.

Ça c’est en ce qui concerne ceux qui se dédoublent inconsciemment.
Finissons avec cette partie.


Maintenant quand il a des dédoublements conscients.

Est-ce qu’il y a danger ?

Eh bien de la même manière qu’avant, cela dépend à que degré vibratoire d’autoprotection vous êtes arrivé.

Lorsqu’un individu évolue et qui augmente sa gamme vibratoire, automatiquement il développe une autoprotection, car sa gamme vibratoire est tellement haute et lumineuse qu’automatiquement cela le protège contre les entités obscures qui ne peuvent pas s’approcher sans être troublés par le phénomène de sa lumière.

Comme il n’y a pas de mieux éclairé qu’une une bougie allumée. C’est un fait.

Donc ce qu’il faut c’est (comme toujours, comme pour toutes les questions que vous me posez), ce qu’il faut c’est vous développer dans la pureté et dans l’affiliation avec l’égrégore céleste.

En quand vous le faites ainsi, il n’y a pas de véritable danger à se dédoubler, absolument aucun et c’est un phénomène naturel, comme le fait de respirer, et c’est un phénomène que vous devriez davantage user. Mais là où il y a une forme de danger, c’est quand l’homme romps les liens avec la vibration cosmique, avec la protection cosmique, et qu’il s’en va en aveugle.

Et lorsqu’il s’en va en aveugle, il peut ramasser toutes les mauvaises vibrations, toutes les mauvaises larves qu’il y a à l’en tour.

Alors que s’il suit une affiliation divine, il ne risque absolument rien, et s’il le fait aussi avec sagesse, car il ne faut pas abuser du dédoublement.

Pourquoi ?

Parce que le dédoublement utilise beaucoup d’énergie vitale produite par le corps physique.

Pourquoi est-ce qu’il l’utilise ?

Il l’utilise pour nourrir tout simplement la corde d’argent qui s’étire et qui continue à maintenir le rapport entre les deux formes de vie (la vie astrale et la vie physique).

C’est la corde d’argent en fait qui utilise cette énergie vitale et qui sert de réservoir pour propulser le corps astral en plein mouvement. Et c’est elle aussi qui envoie cette énergie pour que l’individu sur son plan de dédoublement puisse être conscient de ce qu’il voit et de ce qu’il entend.

Donc toute cette machinerie a besoin d’énergie, et cette énergie est tirée par la corde d’argent, qu’elle puisse elle-même dans les chakras qui eux-mêmes puissent dans le corps physique.

C’est pourquoi se dédoubler ne réclame pas forcément d’être en très bonne santé, ou de faire des exercices spécieux pour avoir beaucoup d’énergie, mais il ne faut pas en abuser.

Vous pouvez le faire à n’importe quel moment et par n’importe quel conditionnement.

Je vous écoute.







4.. QUE SONT LES LARVES ASTRALES ?



La quatrième question est :

Que sont les larves astrales ?  De quoi vivent-elles ?  Sont-elles dangereuses pour l’homme ?


Les larves astrales est un terme générique pour désigner en fait des formes vampiriques, et ces formes peuvent avoir plusieurs origines, elles peuvent avoir une appartenance typique aux énergies de l’astrale, ce qui fait qu’immanquablement, quand vous êtes dans un lieu qui est bas, vous y rencontrerez des créatures bases.

Mais à ce moment-là, lorsqu’elles sont une production de l’astral lui-même, ce ne sont pas des créatures qui attaquent à l’homme. Elles restent dans leur secteur parce qu’elles ne sont pas plus vivantes que peut l’être un rocher sur la terre, elles ne bougent pas, elles sont stagnantes. Elles sont tout simplement la manifestation et le côté plus matérialisé de l’énergie qui constitue le bas astral.

Et puis il y a les autres larves, et celles-là oui elles attaquent, celles-là oui elles vampirisent, celles-là oui elles sont dangereuses. Et ce sont toutes les larves qui sont nés depuis des millénaires au travers des bases vibrations que produisent les hommes par leurs pensées et leurs actions, et aussi au travers des rituels de magie noire qu’ils effectuent.



Ce sont les formes-pensées des hommes mal intentionnés, et qui sont aussi nés dans les guerres et les endroits où il y avait de la mort, mais d’une manière nombreuse comme ça a été le cas sur les champs de bataille justement. Et aussi pendant les catastrophes.

Comment-elles peuvent naître ?

C’est simple. Comme toute est conscience comme je l’ai expliqué tout à l’heure, et que tout est une substance au même temps, selon la répétition d’une certaine forme de conscience. Comme c’est une substance, à un moment donné cette substance est solidifiée. Elle devient individuelle en quelque sorte, et obtient une vie qui lui est propre.

Et c’est là où l’homme est dépassé para sa création, et sa créature justement lui revient comme un choc en retour. Un choc de destruction.

L’homme a pratiqué la magie noire depuis des millénaires. Depuis presque toujours. Au début parce qu’il ignorait beaucoup de choses, et après parce qu’il s’est aberré qu’il préférait les forces obscures que les forces lumineuses.

Et au fur et à mesure de l’existence et de la répétition de ces rituels, ces formes-pensées sont nées.

Au début elles étaient très fluidiques, elles n’avaient même pas de conscience, elles étaient comme un pâle rêve endormi, mais à force de répéter l’incantation, donc de construire ces formes, elles dont devenues individuelles.

Les mages sont morts, et le rituel même parfois a été oublié, mais la créature persiste parce qu’elle s’est créée dans un endroit du cosmos où la vie de ses entités peut se perpétuer (l’astral), parce qu’il suffit simplement de répéter un acte pour que son existence soit régénérée.

(Si les humains cessaient de faire du mal, ces entités disparaîtraient, mais tant que les humains continueront à faire du mal, ces entités sont régénérées par les basses vibrations qu’émettent les hommes.)

Ce qui fait que tant que l’homme ne cessera pas d’exploiter, d’heurter, de violer, d’assassiner, etc. Eh bien, ces larves seront entretenues dans leur existence et continueront à vampiriser les hommes.

Mais sitôt que l’homme deviendra définitivement positif, automatiquement comme une vessie que l’on crève, tout l’air s’en échappe, toute la forme disparaît, et ces larves disparaîtront.

Il faut bien comprendre qu’une larve n’est pas plus vivante que la vie que les hommes lui procurent eux-mêmes, en continuant à pratiquer de la magie noire et à entretenir des idées négatives.

Et c’est pourquoi quelqu’un qui a des idées trop négatives, ou qui est toujours en train de pleurer et qui s’appesantit sur son sort, etc. Cette personne a toutes les chances d’attirer les larves et de se faire posséder, de se faire vampiriser, déclenchant ainsi de maladies, parce qu’automatiquement cette personne vibre dans le bas astral, là où sont ces larves.

Et ils se disent :

« Tiens que vois-je là, voilà un bon petit humain à croquer. »


(Rires dans la salle)

Alors, je ne sais pas si vous aimez vous prêter en pâture, mais il faudrait cesser de vibrer dans ces zones-là. Cesser d’être négatif, cesser de pleurer, cesser de vous morfondre. Et au contraire être positif, avoir l’espoir et le pardon.

Tout ce qui est positif ça fait mourir les larves et c’est le meilleur insecticide astral que je connaisse, je vous assure.

Je vous écoute.







5.  LES DIFFÉRENCES ET LES RELATIONS ENTRE
L’OCCIDENT ET L’ORIENT



La cinquième question est :

Quelle différence faites-vous entre la fusion des théologies orientales et les religions prônées par le christianisme ?


C’est une question très complexe et qui mériterait un développement très large, car plus que religieuse elle est philosophique.

L’Orient existe indépendamment et pratiquement de tout le reste du monde depuis des millénaires. Et c’est pour cela que dans l’Orient a pu se créer un véritable Ordre initiatique et une véritable Voie initiatique. Chose que n’ont pas les pays neufs, les pays de ces nouvelles civilisations qui sont apparus comme l’Europe et les États Unis et d’autres pays qui naissent maintenant.

Ces peuples plus récents ne peuvent que puiser dans l’Ancien pour pouvoir se raccorder ou créer un Ordre initiatique. Mais ils ne peuvent pas créer d’eux-mêmes, car ils n’ont rien qui leur appartienne véritablement, parce que tous les rituels que vous avez pu effectuer en Occident, toutes les connaissances que vous avez pu apprendre par les sociétés ésotériques et initiatiques occidentales.

Toutes ces choses-là ont toujours des racines dans le passé initiatique d’autres pays, et pour beaucoup justement en Égypte. Car toutes les écoles initiatiques devenues aujourd’hui occidentales sont en fait à l’origine égyptiennes. Mais en fait le mot est impropre car il s’agit plus que de l’Égypte, mais n’allons pas plus loin cette fois-ci.

Par contre l’Inde et un autre pays qui aujourd’hui a disparu littéralement de la carte, avaient justement sa propre voie initiatique. Mais comme la roue tourne comme je vous l’ai dit mille fois, et que si arrivé à l’apothéose, l’individu ne comprend pas qu’il faut démarrer avec d’autres principes pour pouvoir enclencher en fait quel Mouvement ?

Un Mouvement Universel

Je vais vous apprendre quelque chose à propos des signes. Il y a la roue, cette fameuse roue qui descend pour initier les hommes, et les hommes initiés forment des religions et les religions édifient des civilisations. Et ces civilisations paraissent très brillantes, elles montent à l’apothéose, mais si elles ne comprennent pas qu’elles doivent se dépouiller de certains dogmes qui au lieu de continuer à les bâtir, les limitent, alors ces civilisations déclinent et elles finissent par être détruites.

Mais si les hommes de ces civilisations comprennent et se dépouillent de ces dogmes, alors à ce moment-là se dégage un autre arc de cercle dans le sens inverse qui une fois arrivé à son point d’apothéose, n’engendre plus de destruction, mais désigne un signe qui est un cercle, et ainsi se construit le huit de l’infini ().

Et à partir de ce moment-là, ces civilisations évoluent sans révolution, elles évoluent sans plus avoir à passer par les cataclysmes, sans plus avoir à passer par les souffrances, par les chocs. Parce qu’au contraire, le cycle de l’infini amène toutes les choses de façon harmonieuse.

Mais tant que l’homme n’aura pas compris qu’arriver à ce point, il lui faut décrocher l’autre arc de cercle, alors il retombe.

Ce qui fait que la société indienne. Attention, je ne parle pas de la spiritualité orientale, mais de la société indienne et aussi de la tibétaine, et en fait un peu de tout l’Orient confondu en général. La société orientale a commencé une face de déclin, ce qui ne veut pas dire que la société orientale est condamnée. Cette société-là, cette civilisation-là n’est pas du tout condamnée. Absolument pas. Mais ayant atteint son point d’apothéose, elle ne peut pas aller plus loin sans l’aide d’autres civilisations.

Et ne prenez pas ceci comme quelque chose de péjoratif, car toutes les civilisations passent par ce cycle-là, simplement à différentes périodes de l’histoire.

Et c’est pourquoi, à chaque fois qu’une civilisation ne va pas plus loin, la civilisation naissante a pour mission d’aller l’éduquer en tant que structure à l’ancienne civilisation. Mais lorsque l’on donne ces ordres à des gens qui ne sont pas encore assez évolués.

Que se passe-t-il ?

Ils colonisent et au lieu d’aider à créer un nouveau système social, un nouveau système de pensée, au lieu d’investir plus de rationalité dans l’idée des gens. Au contraire ils les soumettent. Et c’est pourquoi jusqu’à présent le monde n’a été que des grands revers de pages.

Et un coup c’est un peuple qui se développe, et ensuite c’est un autre peuple qui se développe, mais comme ils ne savent pas vivre en paix, ils s’affrontent entre eux, et voilà qu’il y a un troisième qui arrive et qui en profite et qui colonise, mais qui ensuite s’écroule. Et voilà qu’il y a un quatrième qui arrive ensuite et qui colonise aussi mais qui aussi s’écroule, et ainsi de suite, ça n’a pas de fin.

Parce que l’homme n’est pas encore assez évolué pour comprendre où se situe sa mission.

Nous avons parlé antérieurement sur le Moyen-Orient, et j’ai cité le même exemple. Le Moyen-Orient n’est pas quelque chose à détester à cause de ce qui se passe actuellement. Et ses peuples ne doivent pas être jugés comme étant bas. Mais l’homme occidental avait vis-à-vis de ces nations une mission. Il devait les aider à édifier un système de société plus rationnel.

Mais au lieu de cela, c’est un fait que les Occidentaux sont allé dans ces nations, mais si maladroitement que des convulsions sont nées. Et l’enfant qui est né, est estropié. Et il faudra beaucoup de temps pour que tout soit réparé. Et il faudra encore beaucoup plus de temps pour que l’homme comprenne enfin à chaque civilisation, ce qu’il a à faire par rapport à l’autre civilisation.

Et je comprends que certains s’insurgeront que nous lassions s’effectuer ces invasions entre les peuples, mais vous devez comprendre que la Hiérarchie doit respecter le libre arbitre que disposent les hommes, et elle doit aussi travailler avec le niveau évolutif dans lequel se trouvent les hommes actuellement.

Nous essayons constamment d’enseigner aux hommes de vivre de façon plus harmonieuse, mais nous ne pouvons pas les obliger à être fraternels entre eux. Et quand ils ne le veulent pas, alors nous patientons. Nous attendons à qu’ils se fatiguent. À qu’ils se fatiguent de se faire la guerre, à qu’ils se fatiguent de se tuer les uns aux autres, et quand ils auront assez de souffrir pour toutes ces activités négatives qu’ils provoquent. Alors eux-mêmes décideront que finalement que la paix est une meilleure solution.

Mais ne croyez pas qu’entre-temps la Hiérarchie reste inactive et ne croyez pas non plus que la nouvelle civilisation qui apporte quelque chose à l’ancienne soit plus supérieure que l’ancienne civilisation qui reçoit.

Non

Simplement cette nouvelle civilisation est plus adaptée aux nouveaux temps, un peu comme les nouvelles générations qui se trouvent plus adaptées au nouveau monde où elles vivent. Et c’est pour cela que les jeunes aident aux anciennes personnes à s’adapter à ce monde qui change. Tandis que les anciens apportent leur sagesse aux jeunes. Et ainsi tout le monde s’enrichit par l’expérience de l’autre.

Et si la Hiérarchie planétaire décide que telle ou telle civilisation mérite d’être sauvée pour se poursuivre dans ce nouveau cycle, comme par exemple c’est le cas actuellement où on cherche que les anciennes civilisations entrent dans une époque plus rationnelle et plus scientifique.

C’est parce que la Hiérarchie planétaire a reconnu que ces civilisations continuent à être très valables. Parce que sinon au contraire, la Hiérarchie les aurait rayé de la carte. Et les moyens pour faire cela ne manquent pas, car les cataclysmes, la famine, la sécheresse. Tout cela c’est facile à produire quand on maîtrise la nature.

Or que se passe-t-il dans ce cas-ci ?

L’Orient a une voie initiatique authentique et encore vivante. Chose qui est rare dans les autres parties du monde. L’Orient possède encore une génétique suffisamment pure pour que l’on puisse y faire naître des initiés et même de Maîtres. L’Orient est une véritable porte sur l’Au-delà. L’Orient a encore beaucoup des choses très bonnes à apporter aux humains. Mais par contre son système social n’est plus assez fort pour pouvoir continuer à perpétuer sa civilisation.

Donc à la civilisation occidentale on fait naître l’idée qu’elle doit apporter la société à l’Orient et en échange elle doit prendre la spiritualité de l’Orient. Ce qui ne veut pas dire que l’Occident doit copier l’Orient dans son système spirituel. Non. Seulement tout ce que l’Occident n’a pas, il doit accepter de le recevoir de la part de l’Orient. Et tout ce que l’Orient n’a pas, il doit accepter de le recevoir de la part de l’Occident. Chacun avec sa façon de faire et en gardant intacte la racine-mère.

Pourquoi ?

Parce qu’en toute chose initiatique il faut garder la racine, sinon il n’y a plus de vibration, il n’y a plus l’affiliation énergétique en quelque sorte.



Maintenant pour en revenir sur l’orientalisme et le christianisme. Dans l’esprit des Maîtres il n’y a aucune séparation entre les religions car toutes les religions sont au fond d’elles-mêmes un leurre, parce que dans leur structure il n’y a pas plus de réalité dans le shivaïsme que dans le christianisme que dans le bouddhisme que dans quoi que ce soit d’autre.

Par contre ce qui est réel c’est le message de vérité, ce qui est réel c’est le message de liberté. Que cela se soit passé en Orient ou en Occident, peu importe. Ce qui compte c’est le cœur du message. Et c’est pour cela que toutes les religions peuvent être mélangées pour n’en faire plus qu’une, parce qu’en fait si vous vous donniez la peine de les étudier, vous verriez que le fond de chaque religion est le même.

En revanche, ce qui est différent, c’est toute l’interprétation qui est faite autour de ce message pour édifier un culte. Et le culte c’est ça ce qui ne va pas parce que le culte c’est justement la partie fanatique de la religion qui le fait la guerre aux autres formes de culte, aux autres religions.

Donc détachez-vous des formes et des voiles encore une fois.

Et pour quelqu’un qui est tout simplement sur la voie de la sagesse, il peut aller de l’Occident à l’Orient sans aucun problème. Être à la fois un élève de la maçonnerie et être au même temps un fervent admirateur de Buda. Pratiquer une méditation tibétaine tout en étudiant un rituel martiniste.

Peu importe car tout fusionne, parce que tout dans son essence ne fait qu’un en vérité. Et ce qui compte c’est de se connaître soi-même et savoir ce dont on a besoin.


Donc il faut savoir apprécier les traditions ésotériques orientales car là se trouve encore la Voie initiatique authentique. Cependant il ne faut pas croire que les traditions ésotériques occidentales ont perdu toute la lumière et tout le chemin initiatique, car ça c’est faux. Ce qu’il faut c’est savoir jouer avec tous les instruments mais sans juger l’instrument. Et un beau jour jouer avec tous les instruments pour être sûr de n’en oublier aucun.

Maintenant en ce qui concerne la grande fusion qui se passe entre l’Orient et l’Occident, c’est une fusion avant tout vibratoire. Ce n’est pas seulement sur un point religieux et philosophique, mais c’est avant tout vibratoire.

Pourquoi ?

Parce qu’il faut créer l’universalité tout simplement. Est-ce que ce n’est pas ce qui est promis pour l’ère qui vient ? L’universalité pour l’Ère du Verseau. Donc tout doit être réuni en une seule et même sagesse. Fini le temps des divergences, fini le temps des combats. Enfin on baisse le fusil, enfin en quitte l’uniforme, enfin on enlève le masque, et on regarde son frère et on le reconnaît et on l’accepte. C’est d’accord ?

Je vous écoute.







6.  DE QUELLE MANIÈRE ABORDER NOTRE INCARNATION SUR LA TERRE ?



La sixième question est :

Comment faire face à la vie que nous avons à vivre sur la Terre ?


Il ne faut pas séparer la vie quotidienne de la vie spirituelle, car tout se confond l’un dans l’autre comme ce signe venu d’Orient que vous connaissez comme le yin et le yang. Tout se confond l’un dans l’autre et même existe que de par l’existence de l’autre, car éliminez l’un et l’autre meurt aussi. Et de la même manière enlevez la vie que vous dites quotidienne sur cette planète et il n’y a plus de vie du tout.

Qu’est-ce qui fait qu’elle est quotidienne la vie ?

C’est parce que l’homme est automatique, parce que l’homme accepte, parce que l’homme se résout, se résigne, subit, pleur, souffre sans comprendre. Mille fois il reçoit le même coup de marteau sur le doigt, et il regarde le marteau, et il regarde le doigt, et il se crie :

« Ça fait mal ! »

Mais est-ce qu’il retire son doigt ?

Non. Il attend un Messie pour faire ça.

Les humains sont comme cela, c’est très caricatural la description que je viens de vous donner, mais ils sont comme ça en fait. Et par rapport à la conscience c’est le même phénomène.

Mille fois l’homme et la femme veulent découvrir le grand amour et ils se brouillent à des passions qui meurent lamentablement. Si bien qu’au bout de quelques mésaventures, ils se disent :

« Eh bien l’amour n’existe pas. Cette vie n’est pas belle, ce monde n’est pas beau. Il n’y a pas de place pour le cœur, il n’y a pas de place pour l’amour. Les humains sont trop méchants. »

Mais penser comme ça c’est une erreur.

Est-ce parce qu’un homme ou une femme, un humain n’arrive pas à comprendre ce qu’est l’amour, que l’amour n’existe pas ?

Non

Pour quoi nier ce qui est si proche mais que vous ne voyez pas encore ?

Tous les athées nient Dieu parce qu’ils ne le voient pas et c’est ce qu’ils disent :

« Je ne le vois pas donc il n’existe pas. »

Pourquoi utiliser cette manière si restreinte de réflexion ?


La vie n’est pas quotidienne. La vie elle devient quotidienne et elle devient pesante, elle devient pleine de soucis, elle devient pleine d’épreuves lorsque l’homme vit avec son ignorance, avec ses dépendances, son attachement, ses mesquineries, ses défauts, etc.

Alors automatiquement il lui semble qu’exercer la spiritualité entre en conflit avec le fait de vivre une vie sociale. Mais ça c’est une erreur et une erreur profonde !

Car celui qui se prend pour un moine à la fin de la journée, et qui au cours de la journée se prend uniquement pour une secrétaire, un chef ou je ne sais pas quoi d’autre. Cet être-là n’a rien compris.

Qu’est-ce que vous êtes ?

Vous êtes une secrétaire ou vous êtes une étincelle divine ?

D’accord les petits malins vont me répliquer que c’est une étincelle divine qui est devenue secrétaire. Mais je ne suis pas d’accord avec cette réponse-là, car tout dépend de ce que vous imaginez à propos de vous et de ce que vous imaginez à propos du monde.

C’est encore ce fameux masque dont nous parlions l’autre fois. L’homme se met toujours des masques sur sa figure et après il s’étonne de ne plus pouvoir se contempler comme il est réellement, il s’étonne de ne plus se sentir ou de trouver une réalité en lui-même ou autour de lui.

Il se met le masque déjà de son nom, de son prénom, de son âge, de son aspect physique, de son compte en banque, de sa race, de sa culture. Et ensuite pour ceux qui commencent à s’intéresser aux choses spirituelles, il se met le masque de tel ou tel degré initiatique, de tel ou tel rayon, de telle ou telle appartenance. Et ça n’arrête pas !

Alors que les efforts des Maîtres visent à casser tous les masques pour faire ressurgir uniquement la flamme. Et dans la flamme il y a la lumière, l’amour, la chaleur, l’abondance, la vie éternelle.


Mais tant que vous vivez en masquant cette flamme, vous serez tout le contraire de cette flamme. Vous serez le manque d’amour, le manque d’affection, le manque d’argent, le manque de nourriture, le manque matériel, et finalement la mort.

Donc choisissez votre camp. Vous vivez avec votre flamme divine ou avec votre masque.

Et de chaque côté les lois sont différentes et pour autant ne vous plaignez pas ensuite d’être pauvre et de mourir si vous vivez avec le masque. Par contre si vous vivez avec la flamme, il n’est pas du tout promis que cette flamme fasse de vous une personne riche, mais la pauvreté ne vous altérera pas. Elle ne vous fera pas souffrir parce que bien que vous ne possédiez rien, vous ne manquerez de rien. Et ça c’est la grande différence de vivre avec la flamme.

L’homme s’imagine qu’il faut posséder énormément pour être satisfait et pour se sécuriser. Or la Conscience divine (et aussi les Maîtres) donnent juste ce qu’il faut, comme à tout être humain, comme à toute créature vivante sur cette planète. Ils donnent ce qu’il faut.

Alors si l’être humain a besoin d’un vêtement, Dieu ne va pas se transformer en un grand couturier pour lui faire toute une garde-robe fantastique. Mais si c’est une personne pauvre, il lui fera par exemple rencontrer un riche qui lui donnera un habit de bonne qualité pour qu’il dure longtemps, car cet habit c’est tout ce dont il a besoin pour s’habiller. D’un bon habit qui dure longtemps, qui le tienne bien chaud et que soit bien confortable.

Mais l’homme s’imagine qu’il lui faut une énorme garde-robe, alors il se dit qu’il doit gagner beaucoup d’argent pour acheter divers habits et puis il faut que ce soit à la mode et puis en telle et telle couleur, et puis en telle et telle longueur, etc. etc.

L’homme amplifie ses besoins, et plus il amplifie ses besoins, plus il amplifie sa misère, car Dieu n’a pas prévu ces choses de cette manière. Ce qui ne veut pas dire que l’homme n’a pas droit à l’abondance car elle existe mais pour être en harmonie avec l’abondance, il faut vous brancher sur elle. Et vous brancher sur l’abondance c’est immanquablement vous unir à Dieu et à tous les Maîtres. Et alors automatiquement tout vient avec abondance. Mais il faut en quelque sorte le mériter.

Cependant la pauvreté ne doit pas être jugée comme un signe de fatalité venue du Ciel, pas plus que la richesse, car cela ne veut rien dire à l’heure actuelle. Il faut simplement regarder quand est-ce que vous avez eu un besoin et si la chose est arrivée. Il ne faut pas regarder votre compte en banque ou le statut social de la famille dans laquelle vous êtes né pour savoir si vous êtes un gracié de Dieu et des Maîtres.

Non

Les grands guides spirituels du monde, ils ne sont pas tous nés chez des princes. Oui, il en a eu quelques-uns, ça c’est un fait, mais c’était plus par idée préconçue pour pouvoir agir de manière occulte sur les plans politiques que la richesse permettait d’atteindre, que pour simplement avoir le plaisir d’être riche. Car un initié son premier désir est d’être pauvre. Non pas parce qu’il est là comme tous les initiés à se flageller le dos et le ventre.

Non, non pas par goût pour le martyr comme certains pourraient le croire, mais simplement parce que la notion même de la richesse et de la pauvreté n’existe pas pour lui puisque tout ce dont-il a besoin lui est donné par Dieu.

Et dans cette situation, ce qu’il veut avant tout c’est d’être libre. C’est tout. Et le seul moyen d’être libre dans ce monde c’est d’être pauvre, quoi qu’il en paraisse parce qu’il n’y a pas plus attaché qu’un riche et ceci n’est pas une critique contre les riches, car je ne parle pas contre eux mais c’est un fait psychologique.

Plus l’homme a des possessions et plus il se cramponne à ses possessions, par peur de les perdre ou par peur de les voir diminuer, et pour certains aussi par peur de devoir les partager. Et il devient esclave de ses possessions à ce moment-là.

Tandis que celui qui est pauvre mais qui a la flamme en lui, il a l’esprit libre parce qu’il ne se souci de rien d’autre que de faire du bien pour qu’il mérite son pain de demain. Rien d’autre que d’aller aider la voisine pour qu’elle l’invite à partager sa soupe. Rien d’autre que d’aller aider une paroisse pour qu’on lui donne des vêtements en retour. Et ce pauvre-là est un pauvre de Dieu.

Les pauvres ne savent pas vivre leur condition de liberté, ils croient qu’au contraire ils n’ont plus de liberté, et ils tombent dans leur misère, ils s’asphyxient dans leur peur, dans leur regret et dans la peine.

Mais agir comme cela c’est une erreur car en réalité ils sont une puissance fantastique s’ils savaient exploiter leur liberté parce qu’ils n’ont rien à perdre. Et ils pourraient refaire le monde parce qu’en plus ils sont les plus nombreux.

Un riche, il a tendance à parasiter tout le temps les évolutions du monde parce qu’il veut garder sa richesse, et automatiquement il veut exploiter aux autres. Soulever une guerre ici pour pouvoir s’enrichir davantage, ou renverser une démocratie là pour pouvoir grossir son influence. Et ainsi de suite jusqu’à pourrir littéralement le monde avec sa convoitise.

Tandis que le pauvre, lui il n’a rien d’autre que son âme. Il n’a aucune usine à perdre, aucune entreprise, aucune fortune, etc. Il ne dit que « oui » à Dieu. Il ne dit pas un « oui, mais…»

Et ils sont les plus nombreux. Ils pourraient changer la face du monde si au lieu de croupir sur la misère, sur le poids des riches, ils se soulevaient pour créer une société plus fraternelle, un monde meilleur, celui de la liberté.

Le pauvre est un être libre car il n’a rien à perdre.



Mais revenons-en à discuter sur cette vie dite quotidienne, car je veux absolument que l’esprit de la personne qui a posé cette question soit clair lorsqu’elle sortira de cette pièce.

C’est souvent la déprime et la lassitude qui amènent ce genre de question qu’on m’a souvent posé. Quelqu’un qui est trop en fait en confrontation avec ses problèmes intérieurs plus qu’avec les problèmes extérieurs du monde.

L’homme a beaucoup du mal à s’insérer dans la vie sociale et au même temps à vivre sa propre psychologie. Un homme qui est automatique n’a aucun problème pour s’insérer dans la vie sociale, parce qu’il est comme une pièce du rouage du système et il fonctionne avec un petit coup d’huile par-ci et un petit rodage par-là, et il est plus ou moins heureux parce qu’il fait partie du système.

Mais par contre celui qui essaye un petit peu de s’éveiller ou qui est en confrontation avec certains problèmes. Problèmes qui arrivent dans sa vie dans un but initiatique pour lui faire comprendre quelque chose ou le délivrer de quelque chose.

À ce moment-là il n’arrive plus à s’insérer bien dans la société parce qu’il est en marge psychologiquement, moralement, il est en marge du monde, et il est en marge au même temps du monde du Ciel parce qu’il n’est pas assez pur et il n’a pas assez compris de choses pour pouvoir vivre complètement en connexion avec le Divin.

Alors il est entre ces deux mondes, entre ces deux zones, ni avec Dieu ni avec les hommes, et il souffre car c’est un écartèlement. Et dans cet écartèlement il y a quelque chose qui doit craquer justement.

Et c’est quoi ?

Ce sont les illusions qui doivent craquer pour qu’elles disparaissent. Et ça vous auriez pu me le dire, car on en a déjà tellement parlé sur ce sujet.

Vous vivez le monde avec toute cette bande de données, de mémoire que vous avez dans le cerveau dans votre inconscient et dans votre subconscient comme je vous l’ai déjà expliqué. Et toutes ces données viennent à la surface et vous font interpréter le monde.

Ces données sont issues de votre race, du niveau d’évolution de la planète et aussi de votre propre évolution et de vos propres compréhensions et incompréhensions. Et tout ceci crée un voile où vous regardez à travers. Et dans ce voile, Dieu apparaît comme ceci et le monde apparaît comme cela.

Mais ne regardez plus à travers ces voiles. Déchirez les voiles. Et si vous avez une déprime, libérez-vous de cette déprime, ne laissez pas que cette déprime vous emprisonne. Ce qui ne veut pas dire que vous devez vous forcer à voir les choses de manière positive, mais mettez votre déprime de coté et regardez ce qui fait naître cette déprime, mais aussi cette lassitude, cette mauvaise interprétation, cette illusion. Et étudiez, analysez et évaluez. Et ainsi tout ce qui suscite ses dépressions disparaîtra.

Un homme qui vit en connexion profonde avec le Ciel ne peut jamais être désespéré.

Pourquoi ?

Parce qu’à l’intérieur de lui sa flamme brille et automatiquement il ne manque de rien, automatiquement il voit les choses d’après leur réalité et non pas d’après ce voile. Ce qui ne veut pas dire qu’il met un emplâtre de bonheur sur tous les malheurs du monde. Non, au contraire parce qu’il n’y a pas plus lucide qu’un initié, il n’y a pas plus lucide qu’un Maître. Mais lorsqu’il contemple le malheur des hommes, il sait pourquoi ce malheur arrive. (Le Karma)

Et malgré cela il vient se sacrifier, souffrir avec l’homme pour le faire évoluer, où il le regarde mais il ne pleure pas. Il ne passionne pas la chose en quelque sorte parce qu’il sait la raison des choses.

Donc la vie n’est pas quotidienne. Il y a la vie un point c’est tout, Et dans cette vie il y a les hommes qui ne comprennent rien, il a ceux qui comprennent un peu mais qui se battent encore avec certaines illusions, et il a ceux qui ont compris et qui essayent d’aider les autres à comprendre.



Les deux aspects de la création

Et lorsque vous avez compris vous avez deux voies : la voie ouverte et la voie secrète. Autrement dit, travailler de façon publique pour les autres comme le font périodiquement certains initiés, et comme ça a été le cas de Jésus.

Et il y a ceux qui travaillent au contraire dans l’ombre de manière secrète, et qui édifient par avance tout ce qui se passera sur la Terre. Et ils travaillent en collaboration très serrée avec le côté secret aussi de la Hiérarchie.

Tout dépend au près de quelle voie vous faites partie.

Dans l’Univers tout est scindé en deux, et de la même manière qu’il y a la dualité sur la Terre, il y a aussi une forme d’aspect binaire dans l’Univers qui n’est plus dualité lorsque vous élevez dans les hauts plans. Cela devient tout simplement une relation binaire entre les forces introverties et extraverties.

Ainsi il existe des Christ extérieurs et intérieurs qu’on appelle dans d’autres pays des Bodhisattvas que l’on dit tournés vers l’extérieur, ou secrets tournés vers l’intérieur.

Pourquoi ces deux aspects ?

Ce n’est pas parce que Dieu décidément jusqu’au bout veut s’amuser avec les hommes et faire des mystères. Non. Mais parce que ce sont les deux forces qui ouvrent dans l’Univers.

Au début il y a l’UN, le Point. Et dans cette conférence ne parlons pas de ce qu’il y a avant ce point parce que cela ferait une trop longue conversation. Imaginons tout simplement qu’il y ait cet UN qui est le premier aspect de la manifestation, c’est le premier souffle en quelque sorte, c’est-ce que vous appelez « Le Père ».

Et ce Père Cosmique crée deux forces basées sur un aspect binaire qui dans la matière vont donner la dualité. Ce qui fait que dans le monde, si vous vivez d’après l’aspect trop primaire de ces deux forces, vous les vivez en tant que dualité. Mais si vous les vivez dans un aspect supérieur, alors vous les vivez dans son aspect binaire, et à ce moment-là vous vivez dans un cercle de complémentarité.

J’espère que c’est compris. Tout dépend donc à quel degré vibratoire vous arrivez à vous développer vous-même, et ainsi vous sortez de la dualité pour jouer avec le binaire. Et à ce moment-là, lorsque vous jouez avec le binaire, quelque part vous êtes une unité.




Donc mettons les choses au clair. Plus de crises de larmes à propos de la vie dite quotidienne. Je ne veux pas, je vous le répète, vous faire croire que le monde est beau, que Dieu viendra demain et qu’il va frapper à tous les méchants et récompenser à tous les gentils, et qu’il y aura des banquets de joie, que tous les enfants du monde auront à manger, qu’aucun enfant ne sera plus jamais battu, qu’aucun homme ne sera jamais plus tué à la guerre ou torturé dans les prisons.

Je ne peux pas vous promettre cela.

Pourquoi ?

Parce que c’est aux hommes de le faire, car ce n’est pas Dieu qui a fait la société ainsi, c’est vous.

Donc comptez sur vous-même pour que cette vie ne soit plus quotidienne, mais qu’elle devienne divine. Parce que si elle devient quotidienne, c’est parce que vous êtes quotidien. Si elle est banale, c’est parce que vous agissez de manière banale. Si elle est triste c’est parce que vous êtes un individu triste.

Alors,

Pendant combien de temps vous allez jouer avec la banalité et la tristesse ?

Une bonne fois pour toutes changez d’attitude. Et pour cela, rentrez chez vous, prenez une bonne douche, et dites-vous :

« Demain je commence à avoir une autre attitude face à la vie. Demain je commence à agir comme un enfant de Dieu et dès demain je vais changer le monde, tant que je le peux, avec mes faibles moyens ou avec mes gros moyens, peu importe mais je participerai à améliorer le monde, car j’ai ma part de responsabilité et en plus je veux aimer, je veux aider, je veux sauver. »

Et vous le pouvez si vous le voulez, mais pour cela agissez et réunissez entre vous, vous qui voulez servir à quelque chose, vous qui voulez faire quelque chose, car il ne suffit pas d’imaginer. Il faut passer à l’action. Parlez aux gens sur le bien. Amenez-les au bien. Faites-les se comprendre en analysant avec amour leur cap psychologique, leur manque matériel. Montrez-leur la voie qui leur convient et ainsi vous édifierez le nouveau monde.

Beaucoup de gens sont tellement déprimés qu’ils finissent même par douter de Dieu, et ils s’exclament :

« Pourquoi est-ce que cela m’arrive !  Moi qui essaye de faire le bien, moi qui essaye d’être amour, et voilà qu’il m’arrive un gros problème, voilà qu’il m’arrive un gros obstacle. »

Mais quand vous priez sur ce genre d’interrogation ne vous le permettez pas longtemps. Vous avez le droit de vous insurger, c’est un fait et c’est normal que vous vous sentiez abattu face à l’adversité, mais cependant ne vous le permettez pas longtemps. Ne permettez pas à la vermine de s’installer en vous, a la mite d’attaquer votre charpente intérieure.

Attention !

L’homme devrait davantage considérer la foi et l’homme devrait davantage méditer sur le mot « espoir ».  Jusqu’à présent j’ai évité d’avoir un langage religieux, ça vous le savez bien. Et chaque fois que j’ai dû utiliser un mot religieux, je l’ai d’abord dépourvu de toute sa religiosité pour le montrer dans la clarté de son universalité.

Cependant dans ce cas-ci je vous dis que vous devez avoir la foi et faites vibrer cette foi en vous, parce que cela animera l’espoir. Et quand un homme a la foi et quand un homme a l’espoir, même s’il est tout petit, il peut faire de grandes choses parce qu’il devient alors dépositaire d’une force titanesque.

Toutes les forces du Cosmos convergent vers lui et s’expriment en ouragan à travers lui. Et il peut bâtir alors que tout est contraire. Mais il faut avoir l’espoir. Donc allumez les torches d’espoir dans vos esprits.

À quoi est-ce que cela sert même si vous m’aimez, même si vous aimez à Dieu ou à un quelconque autre Maître, à quoi est-ce que cela sert de venir avec des mines tristes et dire en pleurant :

« Oui, je crois en Dieu mais j’ai trop de problèmes. »


Mais ce n’est pas ça Dieu. Ce qu’il faut ce que quand vous sortiez d’ici vous vous ayez pardonné tout à vous-même.

L’homme fait mille et une erreurs et ce n’est pas seulement depuis hier, mais depuis même avant-hier dans la nuit des temps qu’il fait des bêtises.

Et qui est-ce qui le juge ?

Personne et surtout pas Dieu.

Pourquoi ?

Parce que Dieu sait très bien que vous êtes tout simplement dans un microsystème d’évolution. Et à l’intérieur de ce microsystème, eh bien tout arrive. Et ce n’est que lorsque vous sortez éjecté para la lumière et la prise de conscience, que l’on peut faire un jugement et c’est toujours le bon à ce moment-là.

Par contre l’homme se juge constamment, c’est sa conscience qui le ronge, et il peut ainsi perpétuer des malheurs. Donc une bonne fois pour toutes pardonnez-vous. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut laver la conscience et recommencer dès demain une somme encore plus énorme d’erreurs.

Non

Mais repartez à zéro en quelque sorte et demandez pardon aux gens et pas forcément de manière matérielle, physique. Simplement dans votre conscience envoyez leur de la lumière et dis-leur mentalement et sincèrement :

« Pardon »

Et sentez-vous pardonner car c’est ainsi que cela se passe, parce que quand il y a la prise de conscience automatiquement Dieu pardonne. Car s’il a jugement ce n’est que pour vous faire prendre conscience. Donc pardonne-vous. Repartez à zéro et faîtes les choses complètement différemment à comme vous les aviez fait jusqu'à présent. Plus positives avec amour et fraternité.

Regardez dans la Bible.

Qui étaient les apôtres ?

Pour beaucoup d’entre eux, ils étaient d’une banalité affolante et certains mêmes pêcheurs. Il y en avait même un qui tuait les chrétiens et qui ensuite s’est mis à devenir chrétien lui-même.

Pourquoi ?

Parce qu’au fur et à mesure que vous faites, par exemple chaque jour la même prière, ou la même méditation, ou le même petit rituel, vous créez en vous un dépôt d’énergie qui est positif. Et au fur et à mesure ce dépôt va grandir si bien qu’un jour il va devenir prédominant. Et de manière naturelle tout le négatif aura été chasé. Mais il faut prendre en main les choses et il faut s’astreindre au travail.

Donc qu’est-ce qu’un disciple ?

  • UN c’est un être de discipline.
  • DEUX c’est un être plein d’espoir.
  • TROIS c’est un être qui passe à l’action.

Remplissez ces trois tâches, je vous écoute.










7.  CONCLUSION


(Celui qui dirige la conférence dit)

Nous sommes arrivés à la fin de cette communication et nous aimerions entendre la conclusion que vous voudrez nous donner.

(Ce à quoi Pastor répond)


Pour conclure, je voudrais vous laisser sur une image que j’espère elle vous portera de la chaleur et alimentera votre espoir. Et chaque fois que vous ne l’aurez plus, pensez à cette image.

Mettez-vous debout en esprit, les bras le long du corps et la tête complètement dirigée vers le ciel. Et imaginez qu’une torche incendiaire et flamboyante d’une couleur dorée resplendissante vous touche et vous remplit d’énergie, vous réchauffe, vous régénère, vous fait sourire et vous fait hurler de joie.

Chaque fois que quelque chose ne va pas en vous, qu’il y a un obstacle qui vous fait souffrir, chaque fois que vous avez un problème, mettez-vous dans cette flamme dorée, mais d’une couleur dorée étincelante. Une flamme vive qui brille comme le soleil. Et montez vers le ciel, offrez votre souffrance, et dites :

« Regarde Seigneur, je souffre pour telle et telle chose. Est-ce que ce n’est pas bête ?  Je suis encore prisonnier d’une illusion. »

Car toute souffrance est née de l’illusion. Ça je vous l’assure. Toute souffrance née de l’illusion. Il n’y en a pas d’autre, je peux vous l’affirmer. Qu’elle soit physique, qu’elle soit morale ou affective, c’est forcément une illusion. Il faut enlever le voile.

Quel que soit votre prétexte, votre argument à souffrir, il faut l’enlever parce que c’est un voile.

Certains souffrent parce que par exemple ils n’ont pas eu de père ou de mère. Alors cela ne leur suffit pas d’avoir été orphelin, mais même une fois devenus adultes ils continuent à souffrir et à porter cette croix. Mais je te dis que c’est une illusion et je sais que ça c’est dur à entendre pour celui qui souffre, mais je t’assure que c’est une illusion car en vérité l’existence physique est une réalité temporaire.

Et dans l’enfance, le père et la mère visent à sécuriser psychologiquement à l’enfant. Mais si la personne reste à ce stade infantile où il a besoin d’être sécurisé par la présence du père et la mère, alors émotionnellement il ne deviendra jamais un être adulte.

Si vous avez été un orphelin, je sais que ça n’a pas été facile, mais voyez l’autre côté de cette expérience et rendez-vous compte que vous êtes nés libres comme si Dieu lui-même avait accouché de vous en vous mettant tout simplement sur l’herbe, dans le jardin de la Terre.

« Voilà enfant, je t’ai fait et tu es né. Va sur la Terre. »

Et sentez votre véritable lien paternel, car le seul lien qui existe réellement c’est celui avec le Père Cosmique.


Et d’autres personnes souffrent pour mille et une autres raisons, comme par exemple, parce qu’ils ne trouvent pas l’amour. Mais ça c’est aussi une erreur, parce que si c’est un fait que l’amour est réconfortant, cela n’est pas le principe même de la vie, car beaucoup d’hommes et de femmes trouvent aujourd’hui l’amour. Mais un jour ils le détruisent et ils ne croient plus.

Vous dites vous-même :

« Tout passe, tout lasse. On croyait s’aimer et puis on ne s’aime plus. »

Il faut que l’homme s’engage dans des quêtes plus réelles, dans des quêtes authentiques. Et au fur et à mesure ses souffrances ne seront plus, car quand viendra l’épreuve, le moment du détachement, le moment de la pauvreté, il dira :

« Je reconnais l’instant, je sais ce qu’il est, et je l’offre à Dieu. Cette expérience ne me déprime pas, car elle me purifie. »

Chaque fois que quelque chose vous arrive, pensez à l’instant de purification qui vous est offert et voyez le juste et non pas la souffrance. Ne soyez pas victimes, soyez disciples.

Je vous salue.




Nous vous remercions et vous saluons.