25.9.15

NUMÉROLOGIE ET LES ÂMES SŒURS





(16.11.85)

Thèmes :

- Éveil a la nouvelle énergie
- Les rêves
- Maisons et mauvaises énergies (tellurisme)
- Les âmes sœurs
- La science des nombres (numérologie)
- Dieu et l'humain





Question :

Il est dit, que la mise en éveil d’une nouvelle énergie et le changement de cycle causeraient des dommages aux humains qui ne seraient pas prêts à les supporter. Vous avez parlé de morts silencieuses, de suicides par la drogue et l’alcool, ce qui se passe actuellement d’ailleurs.

Pouvez-vous nous conseiller pour travailler sur nous-mêmes, pour que nous puissions passer ce cap, être utiles aux autres, et leur faire comprendre, sans les choquer, de ce qui arrive, et surtout, d’être à même de les aider ?



Il ne faut pas que ces paroles vous fassent penser à une fin du monde, ou à un bouleversement tel, que la souffrance va prédominer sur la joie d’entrer dans un nouveau cycle.

En fait, qui va mourir, qui va souffrir ?

Je ne veux pas dire qu’il y aura un choix entre le bon et le mauvais, comme cela a déjà été dit. Cela ne sera pas aussi sectaire. Naturellement, il ne faut pas voir non plus cela avec les yeux embués de la fleur bleue en se disant :

« Si tout le monde est gentil nous entrerons gaiement sous l’arche de gloire de la nouvelle Jérusalem et tout ira bien. »

Comme il ne faut pas voir non plus toutes les horreurs auxquelles s’attendent les hommes et leur esprit.

Pour savoir ce qui va se passer, il suffit simplement de regarder ce que vous êtes maintenant. Regardez ce que vous êtes, et lorsque je dis « vous », je parle naturellement aux hommes qui peuplent la terre entière, regardez ce que vous êtes, ce que vous faites, ce que vous pensez, ce que vous dites, et regardez ce qu’il est écrit dans l’évangile et tous les autres livres sacrés, sur ce que doit être l’homme en tant qu’être parfait. La différence de ce que vous êtes et ce que vous devez devenir, nécessite tout ce changement dont on parle.

En fait, de quel changement s’agit-il ?

Dans un premier stade, il s’agit simplement d’un changement vibratoire. Étant donné que toute la création est en fait une alchimie, une composition méthodique et précise de choses, qui séparées ne donneraient rien, mais du fait qu’elles soient combinées, leurs dynamiques engagent aussi bien la vie, que le besoin d’évoluer. Alors, toute cette alchimie a des stades, et passe par des zones. C’est ce que l’on peut appeler les cycles si vous préférez.

Oublions l’homme préhistorique, l’homme du temps de Jésus-Christ, l’homme du Moyen âge, et prenons l’homme tel qu’il est maintenant. Ce qui doit se passer maintenant, c’est un changement vibratoire. L’énergie est de l’intelligence et l’intelligence est de l’énergie. Vous, en tant qu’âme, vous êtes de l’énergie, et rien d’autre que de l’énergie. Mais le fait même d’être cette énergie vous permet d’avoir une intelligence.

C’est pour cela que chaque fois qu’une humanité entre dans un nouveau cycle, ou qu’une nouvelle humanité est à modifier, ce qui est à codifier, à surveiller, à faire évoluer, c’est le taux vibratoire des hommes qui la composent, et dans la mesure où nous pouvons changer votre vibration, nous pourrons aussi changer l’intelligence que vous manifestez.

Certains pourront penser qu’il y a manipulation, et que finalement, Dieu et les petits amis du cosmos s’amusent bien avec l’humanité. Il ne s’agit pas d’un jeu, mais d’un échange.


Pourquoi est-il capital de faire changer votre taux vibratoire ?

Si vous voulez avoir un champ de conscience chaque fois plus grand, plus ouvert, capable d’entendement cosmique, il faut que votre taux vibratoire augmente en conséquence. C’est pour cela que sont arrivés les yogis et les ascètes. C’était un moyen de faire augmenter le taux vibratoire du corps physique, ensuite du corps éthérique, et par là même, d’avoir la dynamique nécessaire pour que l’intelligence puisse entrer dans l’entendement cosmique.

À moins qu’un individu ne dispose d’une gamme vibratoire suffisamment grande, son intelligence reste mince. Si vous aviez les appareils pour mesurer le taux vibratoire d’un individu, il serait très facile de mesurer sa capacité spirituelle, sa capacité à être ou ne pas être civilisé. Mais naturellement, il ne faudrait pas engendrer, ensuite, un nouveau racisme, le racisme vibratoire par exemple. N’est-ce pas ?


Pourquoi est-ce que j’insiste toujours sur l’énergie ?

L’homme doit se rendre compte, exactement, de ce qu’il est pour savoir où travailler, où situer ses efforts. Lorsque Jésus est venu, ainsi que les prophètes, les Maîtres et les autres initiés, pourquoi ont-ils dit : il vous faut être des bonnes personnes, il vous faut aimer ?

Était-ce simplement pour que vous soyez les bons enfants du seigneur ?

Non, mais c’était un moyen pour faire augmenter votre taux vibratoire.


Quel rapport entre la charité, et le taux vibratoire de votre corps éthérique ?

Il y a une différence et une liaison en même temps. Ce qui se passe, sur le plan du mental et sur le plan du caractère, émet une vibration, vous le savez très bien. L’énergie suit la pensée, l’énergie suit le geste. Donc un individu en train d’agir à l’encontre de certains principes cosmiques, à l’encontre de ses frères, à l’encontre de l’harmonie, de l’ordre, de l’immortalité et de l’éternité, est un être en train de saturer ses corps subtils avec des négations qui le torpillent et qui un jour, l’entraîneront, jusqu’au bas des enfers.

Le châtiment de Dieu, celui que tout le monde craint et qui va venir, n’est pas la punition sur la tête des hommes, c’est la résultante logique de leurs actes vibratoires. Toute chose engendrée sur le plan de l’énergie crée une manifestation dans le physique. Puisque les êtres qui créent la pensée ou l’acte négatif sont incarnés, donc agissant sur le plan physique, lorsqu’ils émettent cette énergie, automatiquement, comme un enfant arrivant ensuite à terme, les événements vont être à cette image.

C’est pour cela que j’ai toujours dit, que maintenant nous ne pourrons vaincre que par le nombre. Il s’agit de faire un rassemblement le plus total, le plus complet possible. Alors, ne restez pas dans vos chambres, ne restez pas dans vos églises, dans vos temples, ne restez pas chez vous parce que c’est samedi après midi, dimanche ou parce que c’est fête, ou l’anniversaire de grand-mère. Ce qui ne veut pas dire que vous n’avez plus le droit de prendre soin des vôtres. Mais, en prenant soin de l’humanité entière, vous prendrez soin aussi de vos proches, et si ce n’est pas vous personnellement, les frères en haut s’en chargeront.

Comment devenir apôtre à l’heure actuelle ?

Comment être un messager ou un guérisseur de l’humanité ?

C’est simple et à la fois terriblement difficile, parce qu’il faut faire des concessions, et l’homme n’aime pas trop cela.

Que pourrais-je vous proposer ?

Je ne peux pas vous faire passer les uns après les autres, ici, maintenant, vous donner de l’énergie et éveiller chez vous un don, une clairvoyance quelconque pour que demain vous puissiez sauver les hommes, parler en mon nom. Cela ne servirait à rien, parce que vous devrez être le témoignage, pour les autres, de ce que vous avez réussi à faire en vous.

Ce qui fait qu’il n’est plus temps d’envoyer des Maîtres, des initiateurs ou des gens capables de vous donner des pouvoirs pour que vous puissiez exécuter instantanément des actions. Il faut que vous démontriez par votre vie, par vos sacrifices, par vos efforts, que le monde peut changer.

Si nous envahissions le monde avec des prophètes, avec des gens aux dons multiples, que se passerait-il pour celui qui est paysan dans le fin fond de la France ou de l’Amérique du sud ?

Maintenant, il faut que chaque homme montre l’exemple et démontre que la chose est possible. Il ne faut donc pas qu’il soit différent des autres, mais semblable. Jésus connaissait bien cette nécessité, il se faisait appeler le fils de l’homme. C’est en étant semblable et en même temps différent que vous allez pouvoir encourager les autres, parce que vous allez être la preuve que cela est possible.

Lorsque vous êtes à la recherche d’un très bon médecin, ou d’une très bonne voyante, vous vous dépêchez de savoir, de la part de ceux qui les ont déjà vus, si les résultats sont bons. Vous voulez avoir leur témoignage. Pour ceux qui doivent changer à votre contact, vous devez être l’exemple de ce changement. Sinon, à quoi sert de prêcher si vous n’êtes pas la chair de votre parole ?


Que va-t-il se passer sur la terre ?

Ne tremblez pas, même si demain, ici même, il se passe quelque chose de grave. Quoi que vous fassiez pour sauver les hommes dans le cadre de votre travail, ou dans le cadre familial, n’oubliez jamais le discernement. Que ce soit toujours le discernement et l’intelligence qui guident votre action et votre état d’esprit.

Que fait un homme sans discernement ?

Il n’est utile ni à lui-même, ni à Dieu. Alors première des exigences pour devenir maintenant un serviteur : le discernement.

Comment l’obtient-on ?

Certains, par leur travail antérieur, l’ont déjà découvert et ils le découvrent à nouveau au fur et à mesure de la vie. D’autres le frôlent et doivent encore un petit peu étudier, ou être éprouvés, pour se rendre compte des Réalités, et j’emploie ce mot avec un grand R, je parle de la réalité cosmique. Cette connaissance vous permettra de ne pas avoir peur quoi qu’il arrive, que ce soit demain, dans cinquante ans ou dans mille ans. La connaissance des réalités suprêmes abolit toutes les peurs.

Pourquoi l’humanité est-elle torturée, torpillée par la peur ?

Craignant je ne sais quoi, même certains disciples ont peur, peur de passer à l’acte, peur de se lancer, peur de faire tel ou tel type d’ascèse. La peur ferait reculer Dieu s’il en était capable. Il n’aurait engendré aucun homme et aucune planète. Alors cette peur, mettez-la de côté, elle fissure votre être, vous fait perdre de l’énergie, vous vous retrouvez avec un taux vibratoire amoindri, et en même temps, sur votre plan astral, cela permet l’ouverture de portes par lesquelles des individus indésirables peuvent venir vous affoler encore plus.

Alors renforcez votre être. Tenez-vous bien droit, soyez dignes. Vous êtes enfants du ciel, peu importe si vous perdez ce corps de la terre. Même l’instinct de survie ne doit plus jamais parler en vous, parce qu’il est un instinct.

Si vous êtes convaincus de votre immortalité, pourquoi avoir la peur de mourir ?

Si vous êtes convaincus que vous êtes un fils ou une fille du ciel, pourquoi craindre, même si vous savez qu’en passant cette porte qu’est la mort, la vie continue ?

Rien ne devrait engendrer en vous du regret ou de la peur. Tout dépend dans quel monde vous vivez.

Ceux qui vivent entre deux mondes, sont ceux qui ont encore plus peur que les autres, ils craignent plus de choses. Les matérialistes par exemple, ont peur de la mort, mais ils sont tellement pris dans la matière qu’ils ne pensent que rarement à la mort. Il faut la mort d’un proche, ou il faut des morts nombreuses, pour leur rappeler qu’un jour cela arrivera. Ils sont tellement pris par la matière, qu’ils ne pensent qu’à la matière.

Les initiés, convaincus de leur immortalité ne craignent plus la mort. Celui qui est entre les deux, a toutes les peurs : peur de se lancer dans le ciel en brûlant ses corps, en faisant des bêtises, peur d’être dans l’insécurité matérielle et terrestre, peur de la mort et en même temps de l’immortalité.

La mort est partout. Alors mieux vaut bouger pour aller au moins vers l’immortalité, puisque de toute façon, la mort est partout autour de vous. Puisque la peur vous entoure, essayez de faire les choses qui vous amèneront dans le pays où la peur n’existe plus. Il faut vous renforcer, puisez en vous la gigantesque force de la foi, et je ne parle pas de la foi religieuse.

Ceux qui l’ont, je ne la leur retirerai pas, elle est très belle et elle est charitable. Ceux qui n’en ont pas envie, je ne veux pas les forcer à l’obtenir. Il existe une foi très neutre, qui est la conviction que la réalité est cosmique et non pas terrestre, et cette foi suffit. Mais il faut qu’elle soit grande en vous et qu’elle soit votre nature et pas simplement une conviction intellectuelle ou morale, ou une habitude prise à force d’étude, il faut que ce soit votre être même, votre chair, votre cœur qui bât.

Fermez vos yeux. Ressentez cette foi comme une boule de feu, comme l’éclair percer le centre de votre tête et descendre jusqu’à votre cœur, et faites-la exploser en mille morceaux de lumière. C’est cela la foi. Chaque fois que vous avez peur, pensez à cette image, rechargez-vous au sein du cosmos. Personne là-haut ne va vous montrer du doigt. Au contraire, pour nous chaque fois qu’un enfant a peur, il est l’objet de toutes nos attentions et nous essayons de lui faire prendre conscience de cette réalité. Nous ne nous moquons pas. Si cela vous arrive, intégrer le cosmos et faites jaillir et intégrez cette boule de feu jusque dans votre cœur, pensez-y.

Que faut-il encore pour être un Apôtre des temps modernes ?

Le discernement, la foi qui donne la force, et il faut oser. Ne pas être timide et se dire :

« Je n’y arriverai pas, je n’ai aucun don.  Comment Dieu pourrait-il m’utiliser ?  Je ne sais ni parler, ni guérir, ni voir l’avenir, je suis très banal finalement. »

Celui qui raisonne ainsi mériterait une fessée, parce que le plus grand des initiés a commencé par être le plus grand des imbéciles. Un jour il l’a été. Ce grand initié sans peur, avec force, connaissances et discernement, a été un jour ce pauvre paysan tremblant devant l’éclair qui s’abattait sur ses champs.

Il faut bien commencer quelque part onc il faut vous dire :

« Maintenant je commence ma vie Cosmique ! »

Comme ces jeunes qui disent à leurs parents :

« Papa, maman, je vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour moi. Mais maintenant j’ai dix-huit ans et je commence ma vie comme un être indépendant. »

Il faut faire de même vis-à-vis de la terre. Il faut que vous lui disiez :

« Écoute mère terre, pendant longtemps j’ai été petit, j’ai cru à toutes tes sornettes, le corps physique, les plaisirs de la chair, maintenant je suis grand, je vais rejoindre mon père, je vais sortir de ton ventre, laisse-moi aller, les frères m’attendent là-haut. »

Si vous lui parlez comme cela, la terre qui vous a servi de mère ne fera rien pour vous attacher à elle.


Pourquoi la terre semble-t-elle vouloir prendre, reprendre ses enfants, en vous envoyant toutes les possibilités de vous attacher ?

La terre est une mère et c’est le principe même de la vie de la terre. Il a fallu qu’elle couve son enfant en l’humanité, il a fallu qu’elle le berce, qu’elle prévoit et qu’elle se mette à sa disposition pour tous ses besoins. Alors comme à une mère qui serait devenue un peu trop étouffante, un jour l’enfant grandit et commence à s’apercevoir qu’il n’y a pas que du bonheur à être couvé et à vivre de la sorte, il veut partir, et il commence sa quête vers un semblant de bonheur.

Il s’aperçoit que la terre n’est pas faite pour lui apporter le bonheur, la joie, l’extase, ou même la vie cosmique, mais qu’il s’agit pour la terre de faire naître un corps physique. Si vous vivez la terre et si vous la comprenez dans ce sens, elle sera pour vous une amie précieuse. Si vous la vivez comme un enfant, qui, tout en n’aimant pas sa maman étouffante, préfère rester là dans son ventre plutôt que de se lancer dans la vie, vous ne serez jamais heureux, vous allez haïr la terre et le ciel.

Personne ne viendra vous aider, et finalement, vous irez à l’autodestruction. Alors un jour il faut oser, il faut prendre ses bagages et partir. C’est ce que je vous propose maintenant.

Avec le peu de connaissance que vous avez les uns les autres, avec ce discernement que vous allez essayer d’acquérir, cette force et cette conviction, soyez le porte-parole de la vérité.

De quelle manière ?

Si déjà moralement, intérieurement vous avez la conviction que maintenant vous êtes un serviteur, vous allez être utilisés. Naturellement, il ne faut pas vous mettre à faire n’importe quoi dès demain si l’occasion se présente, avant tout, prédisposez-vous à être serviteur. Ouvrez votre esprit, ouvrez votre cœur, ouvrez votre personnalité, présentez-vous là-haut, et lorsque vous aurez été présentés, alors on vous mettra à l’essai, on vous enverra des personnes, un ami de travail, une voisine, on vous enverra vers les gens qui ont besoin de vous. Mais il faut commencer par avoir la conviction.

Tout ceci pour quoi faire ?

Jésus a dit :

« Tant qu’une seule de mes brebis manquera, j’irai la chercher. »

Si vous voulez être les petits frères et les petites sœurs de Jésus, il faut que vous fassiez de même. Mais n’oubliez pas, aussi, qu’il a été dit, qu’il ne faut pas jeter de perles aux pourceaux. Donc, faites votre travail avec discernement. Parlez, en ayant d’abord analysé chez l’autre, ce qu’il est capable de recevoir. Mettez-vous à la portée de chacun. S’il faut baisser d’un petit ton. Eh bien, ce n’est pas grave, acceptez de démontrer moins de sagesse, moins de connaissances. Partagez un petit peu le niveau intellectuel ou de conscience de la personne pour essayer de la sublimer.

Comment aider encore ?

En visualisant la lumière qui vient sur cette terre. Nombreux sont les écoles et les ordres, qui maintenant, à des périodes précises, appellent la lumière de la hiérarchie, la lumière solaire ou du logos, pour la faire descendre sur la terre. C’est un très bon système. Ce qui fait, que parmi vous, ceux qui n’ont pas envie de devenir des êtres publics, peuvent très bien travailler dans ce sens-là et seront tout aussi utiles.

Attention !

Ne travaillez pas seul, toujours un minimum de trois, si vous voulez faire ce travail silencieux et occulte. En travaillant seul, vous ne travaillerez que pour vous. Si vous voulez travailler pour l’humanité, mettez-vous au moins à trois pour faire ces fameux triangles de méditation, et faites dévaler un maximum de lumière sur cette terre.

Il est capital que des humains servent de transformateur de l’énergie du logos, parce qu’en fait, ce qui est appelé pendant ce genre de cérémonie, c’est avant tout l’énergie du logos. On parle de plus en plus des Maîtres, et pourtant, ils sont devenus moins visibles. Ils se sont retirés sur un plan invisible, et travaillent à l’aide d’agents qui servent de transformateurs, de façon à ce qu’un maximum de personnes puissent être convaincues et ramenées au troupeau.


Que se passe-t-il lorsqu’un Maître vient ?

Ce sont toujours les gens les plus évolués et les plus ouverts qui le suivent, et les autres ne croient à rien. Cela correspond à une époque. Maintenant, il faut vaincre par le nombre, comme je vous ai dit. Alors plutôt que de créer une élite spirituelle sur la terre, les Maîtres se sont retirés dans l’invisible, et délèguent des assistants.

Les Maîtres n’en sont pas moins inatteignables pour autant, il faut simplement faire un petit peu plus d’efforts que d’habitude. Autrefois, il était facile d’en rencontrer, malgré ce que puissent penser à l’heure actuelle les gens, parce qu’il y en avait toujours quelques-uns sur cette planète, et quiconque, animé d’une véritable foi, arrivait un jour ou l’autre à rencontrer un Maître, que ce soit physiquement ou en dédoublement.

Maintenant, il semble que les Maîtres ne soient plus aussi faciles à atteindre, non pas qu’ils soient devenus plus exigeants, mais ils sont occupés à des travaux, et pour les rencontrer, il faut participer à ces travaux, ou faire déjà partie, d’une quelconque manière, de la hiérarchie et de tous ceux qui essaient d’aller au cœur de la hiérarchie.

Je veux rencontrer mon Maître, l’énigme pour le monde : Il semble pour les humains, que rencontrer le Maître soit aussi mystérieux que de rencontrer Dieu lui-même. Ils n’ont pas compris ce qu’est le Maître, pas plus qu’ils n’ont compris ce qu’est Dieu d’ailleurs.

Naturellement, je ne vais pas philosopher sur le mot. S’appellent Maître, des gens qui ont des aptitudes. À un moment donné, il n’y a plus d’initiation à recevoir, il y a tout simplement des grades qui sont purement des annotations administratives. Un Maître, en oubliant ce côté aptitude, c’est être la lumière, bien que nous n’aimions pas employer ce mot, pas plus que le mot loi. La loi, comme le Maître, n’existe pas, c’est parce que le Maître n’existe pas que la loi n’existe pas.

Alors pourquoi les hommes y croient-ils ?

C’est à cause de la parole de Moïse. Moïse a dit ces choses parce qu’il fallait construire une civilisation, une société. Maintenant l’enfant est assez grand, alors il n’y a pas de Maître, pas de loi, il y a des harmonies à découvrir qui permettent de vivre en rapport avec la réalité cosmique, et ces harmonies sont maîtresses dans l’univers.

En fait, ce sont des énergies, la grande conscience. Alors quiconque veut trouver son Maître doit déclencher en lui et découvrir en lui les harmonies avec le cosmos, les harmonies avec la réalité suprême. Comme je l’ai déjà dit, à force de crier, un enfant pourrait arriver à susciter une rencontre avec un Maître. Mais que peut faire le Maître face à cet enfant qui n’a encore pas su contrôler ses instincts, sa pensée, sa parole, qui ne médite pas tous les jours, qui ne le sait pas d’ailleurs.

Quel orgueil de prétendre chercher le Maître, si vous ne vous préparez pas déjà à être digne de le rencontrer. Tout est question de mérite, non pas que Dieu soit un grand-père avec un grand bâton, mais tout est question d’harmonie vibratoire. En fait, vous rencontrez le Maître lorsque vous êtes prêts. C’est à ce moment-là que vos énergies sont capables de communier avec les siennes et qu’il peut accomplir des changements en vous, sans vous nuire.

Les Maîtres ont tant d’amour pour vous, que s’il s’agissait pour eux de venir vers vous, il y aurait toute une flopée de Maîtres sur la terre. Mais cela ne suffit pas, courir après les humains n’a jamais fonctionné, il faut que les humains soient prêts. Lorsqu’ils se déplacent, c’est pour faire un travail alchimique sur vous, et si vous n’avez pas des aptitudes vibratoires, alors vous êtes détruits plutôt qu’éduqués ou transformés.

Vous vous souvenez de ce qui est écrit dans le livre à propos de l’arche, de ces gens qui ont touché l’arche sans être prêts, ils sont morts foudroyés. Dans les pays d’Asie, les gens disent, que regarder Dieu, c’est mourir instantanément.

Pour celui qui n’est pas prêt, recevoir une telle énergie, l’envoie dans la destruction. Alors préparez-vous. Quelle que soit votre quête, que ce soit pour devenir apôtre, pour rencontrer votre maître, pour atteindre l’état de perfection, pensez toujours au travail que vous avez à accomplir et faites-le. Certains courent après le Maître comme le malade court après les pansements. Il ne faut pas penser au Maître dans ce sens-là. À l’heure actuelle, l’humanité attend Dieu, attend Jésus, on attend partout le Messie, mais il faut que le monde se prépare à le recevoir.


Si vous voulez être Apôtre, que devez-vous faire ?

Vous devez déjà travailler sur vous pour être non pas parfaits, mais pour déjà ressembler aux disciples du Christ, comme si le Christ était là. Pensez à cette vérité. Christ est parmi vous, il l’a dit. Sentez son omniprésence, sentez son souffle. C’est votre foi et votre amour qui pourront vous faire sentir cette chose.

Alors, si vous voulez devenir apôtre, soyez convaincus de l’omniprésence du Christ, et faites toute chose en son nom, aussi bien qu’il l’aurait faite. Vous voulez votre Maître, eh bien!, faites comme si votre Maître était en train de vous regarder, parce que cela est réel, les Maîtres vous regardent à chaque instant, ils vous analysent. Alors pensez toujours lorsque vous allez agir, lorsque vous allez parler :

Est-ce que je dirais la même chose si Christ était là ?

Est-ce que je ferais la même chose si Christ était là ?

Je dois respecter la vie, je dois respecter la terre, je dois respecter mes frères comme si Christ était là.

Christ est là, il est en vous, il est autour de vous, il est au cœur de la hiérarchie, et avec tous ses milliers de disciples il vous entoure, il veille sur vous, il vous dynamise, il vous éprouve. Ayez conscience de la présence du Maître, plus, que de le chercher, et vous serez plus sages que tous les érudits, vous serez plus en contact avec le Maître que s’il venait vous prendre la main.

L’omniprésence du Maître est réelle, seulement le cerveau limité de l’être humain ne permet pas d’y croire. Comme certains entendent parler de l’éternité, de l’immortalité, comment en avoir la conviction ?

Vous ne sentez pas ces notions, car l’omniprésence du Maître est aussi difficile à imaginer que l’éternité.

C’est pour cela, qu’à un moment donné, le disciple doit fermer son livre, oublier sa connaissance et passer à la foi, à la foi très dénudée, pas forcément religieuse, à la foi toute simple, et cette foi, c’est l’amour des réalités cosmiques, vivre pour les réalités cosmiques, ne jurer que par les réalités cosmiques. C’est pour cela que Jésus a dit :

« Choisissez votre monde. »

Pensez toujours à cet être fantastique qui est venu. Lorsque vous êtes dans la vie normale avec vos enfants, vos amis, avec quelqu’un qui vous ennuie ou qui vous donne une grande joie, demandez-vous si vous agiriez de la manière que vous alliez agir si Christ était là, et parlez-lui. Vous venez de faire une bêtise, vous la regrettez, dites-lui. Allumez une bougie et parlez-lui :

« Voilà, j’ai échoué, mais je le regrette, j’ai compris ce que tu voulais m’enseigner. »

De cette manière, vous allez prendre conscience du principe initiatique qu’est la vie.

Ne soyez pas un individu qui passe dans la vie en se disant fatalité à droite, destinée à gauche, et qui se sent coincé dans des forces qui le guident, qui le vivent, plutôt que lui ne vive ces forces. Ne prenez pas la vie de cette manière, essayez toujours d’être conscient du principe initiatique qu’est la vie. Celui qui n’en prend pas conscience n’est pas content de la vie, il se dit :

« Je suis quelqu’un de très banal, ma vie ne contient rien, elle est vide, je crois en Dieu mais cela ne résonne rien. »

Au contraire, si vous êtes pleinement éveillés et conscients, si vous installez dans votre cœur la conviction que Christ est omniprésent, qu’à chaque instant il vous montre une épreuve, une récompense, une occasion d’évoluer, une occasion de méditer, une occasion d’intégrer une nouvelle énergie, si vous remarquez toutes ces choses, alors, même si vous n’êtes qu’un balayeur de rues, qu’un jardinier, votre vie va devenir très riche, vous allez être conscients de ce qui s’y passe réellement.

Le problème de l’évolution, c’est que les gens n’en ont pas conscience. Dans l’évolution, il s’agit d’aller d’une conscience très endormie vers une conscience de plus en plus éveillée, de façon à devenir le cosmos dans sa totalité. Donc, si vous vous efforcez d’être éveillés chaque instant de votre vie, vous allez favoriser votre évolution.

Non seulement vous allez découvrir la richesse initiatique de la vie, mais vous allez accélérer votre évolution. Rien n’est plus terrible que de voir vivre les humains comme des automates. Plus que la méchanceté, l’automatisme de la conscience est la ruine de la spiritualité, comme une rouille qui attaque et qui détruit, comme un grain de sable qui se met à l’intérieur d’un mécanisme et bloque tout.

Exercez-vous à être conscients, et pour cela, il suffit d’être attentif. N’oubliez pas quel automatisme est le contraire d’une conscience éveillée. C’est pour cela qu’il y a les animaux et qu’il y a les humains, et que vous êtes différents.

L’animal est un réseau d’automatisme. Il sort de son automatisme à la suite de grandes peurs, comme le fait de voir venir son prédateur, le fait d’être en contact avec un problème de la nature. Sitôt qu’il a peur, pour sa survie, il grimpe un petit peu dans le plan mental, et il trouve, dans ce laps de temps, une certaine individualité et une capacité de réactions intelligibles. Sinon, il est tout simplement un réseau d’automatismes.

Alors voulez-vous être des animaux ?

Souvenez-vous de la réponse de Jésus après qu’il ait dit à son disciple :

« Viens et suis-moi. »

Et que le disciple lui ait répondu :

« Mais il faut que j’enterre ce mort. »

Et Jésus lui a répondu :

« Laisse les morts enterrer les morts. »

Efforcez-vous d’être conscients, en méditant, en vous forçant en même temps à agir comme un disciple. Le disciple est celui qui essaie de ressembler au Maître, et si vous essayez de ressembler au Maître, vous allez vous efforcer d’être aussi bon, aussi sage et aussi éveillé que lui.

Maintenant, le disciple va essayer d’imiter la réalité cosmique, sans prendre d’intermédiaire, que ce soit Christ, Jésus, ou Koutoumi. Ces Maîtres viendront toujours et d’autres aussi, mais ils seront des exemples, et ne devront plus être adorés par les hommes.

Il n’y a rien de plus ennuyeux pour un Maître que de se trouver adoré par les hommes. Un Maître vit tellement dans la réalité, que lorsqu’il voit des disciples manquer d’autant de discernement en l’adorant au lieu de travailler, de devenir responsables et de s’assumer spirituellement, au lieu de contempler la gloire dont les autres le parent, il contemple tout le gâchis.

Communier avec un Maître est très beau et n’est pas quelque chose de dépassé. Mais les hommes n’ont pas compris ce qu’est la communion, et ils l’ont transformée en adoration. Or la communion est toujours fraternelle, et n’est jamais un rapport d’inférieur à supérieur.

Comment concilier un jour l’idée que la communion, que l’union va être possible, si l’homme se sent inférieur et le Maître supérieur ?

Si vous voyez le Maître comme un exemple et comme un frère immensément lumineux, vous allez grandir. Vous pouvez le vérifier dans votre vie, dans le cadre de votre travail. Lorsque vous êtes face à votre supérieur, vous savez qu’il est votre supérieur et vous vous sentez inférieurs, même si sur le plan de la personnalité vous ne vous sentez pas submergés par des défauts, mais vous savez que vous occupez un rang inférieur.

Maintenant lorsque vous rentrez chez vous, face à votre femme, à votre mari, à votre frère, le rapport n’est plus du tout pareil. Vous sentez qu’il y a égalité, vous vous permettez le dialogue, vous vous permettez des affirmations ou des négations. Avec force vous sortez tout ce que vous êtes, alors que ce même comportement vous est totalement impossible face à votre supérieur au travail.

Face au Maître, vous ne devez pas être le petit soldat du cosmos, le dos bien droit. Le maître ne le veut pas, il n’a rien à faire de votre obéissance. Il veut votre évolution. Alors, il faut que vous lui montriez votre mauvais caractère, pour qu’il puisse l’arracher, il faut que vous lui montriez votre ardeur, pour qu’il puisse s’en servir. Il faut que vous vous exprimiez. Donc, il faut qu’il soit votre frère et non pas votre Maître.

Vous n’allez pas, pour autant, taper sur l’épaule de Koutoumi, comme vous le feriez avec votre copain ou votre copine. Plus vous allez prendre en considération la notion de fraternité et vivre en rapport avec les réalités cosmiques, et plus le respect va entrer en vous, donc l’amour.


Le respect et l’amour sont une seule et même chose. Il vous faut découvrir le respect, et je m’adresse à tout le monde.

Vos chefs d’État, vos hommes politiques, s’ils vous respectaient en tant qu’êtres humains, joueraient-ils votre tête à pile ou face ?

Vous enverraient-ils dans les guerres ?

Prendraient-ils des risques avec la bombe atomique, ou avec les armes ?

NON

Ils auraient tant de respect pour vous, qu’ils ne penseraient qu’à bâtir des villes nouvelles, où chaque fois une vie meilleure serait partagée. Mais les gens qui vous dirigent ne vous respectent pas, je ne nomme personne, je parle en général. Comment respecter un peuple que l’on sait pouvoir manipuler avec des paroles, avec des slogans ?

Dès que l’on imagine pouvoir manipuler le peuple, c’est déjà la preuve que l’on ne respecte pas les gens. Ne serait-ce que d’avoir cette idée de manipulation, prouve que l’individu ne respecte pas l’intégrité, l’individualité de la vie des gens.

Vous voulez mieux vivre ?

Changer vos hommes politiques. Mettez des gens qui vous respectent et vous aurez un nouveau monde. Tant que vous allez élire des gens qui ne vous respectent pas, votre monde sera chaotique. De l’irrespect, naît la mort. Vous-mêmes dans vos rapports, pensez aussi au respect. Pour beaucoup, il est difficile du jour au lendemain d’être plein d’amour. Mais si vous commencez par avoir du respect pour chacun, alors, petit à petit, vous allez être plein d’amour, et pas forcément d’un amour qui va vous faire fondre dans vos chaussures dès que vous allez voir un frère ou une sœur. Ce n’est pas de cet amour qu’il est question.

Qu’est-ce que l’amour ?

L’amour est une des particularités de la conscience. Naturellement il ne s’agit pas de sentiment, mais il s’agit de conscience. L’amour existe au même titre que l’éternité et l’immortalité. L’amour n’existe pas en tant que principe. Il n’y a pas quelque part dans le cosmos, un principe appelé amour. Pour un homme, le fait d’entrer dans un état de conscience où il n’y a que joie et immortalité, lui fait comprendre ce qu’est l’amour. L’amour c’est de la paix, ce n’est rien d’autre.

Lorsque Jésus est venu vers vous en vous aimant si profondément, c’est parce qu’il était en paix. Lorsqu’un individu est dans ses bons jours, comme vous dites, et qu’il est capable de faire un acte de charité, c’est parce qu’il est dans la paix.

Prenez ce même individu deux heures plus tard lorsque son humeur a changé, et qu’il n’est plus dans la paix, il n’est plus capable d’amour. Cette personne pourra avoir des élans de sentiment qui pourront être charitables à un moment, puis à un autre très négatifs, mais être amour lui sera impossible, parce que sa vie intérieure est trop chaotique. L’amour naît de la paix, alors pensez à cultiver cette paix. Avant d’être totalement cette paix, pensez au moins à être plein de respect pour les autres, et ce sera déjà beaucoup sur cette terre.





Deuxième question :

Le rêve nocturne est une fonction naturelle de notre subconscient, et on en donne de nombreuses interprétations aux rêves qu’on expérimente.

Sont-ils les rêves, peut-être tous, des messages de notre subconscient et des instances supérieures ?

Quelle importance faut-il leur accorder et comment comprendre les éventuels messages qu’ils représentent ?



Celui qui rêve sait exactement quelle importance il doit accorder à ses rêves.

Lorsqu’un rêve est un message, lorsqu’il est un contact avec un certain plan de conscience, ou avec des êtres, il y a dans la personne à ce moment-là, l’assurance que son rêve est une réalité. Alors, il n’y a pas besoin de philosopher, c’est une question de conviction intime, parce que le vécu est tellement grand, que pour la personne, c’est un véritable contact, c’est un véritable message.


Qu’est-ce que le rêve ?

Le rêve a de multiples aspects, comme la conscience d’ailleurs. Imaginez un cheval qui a l’habitude d’être mené par les rênes, et qui d’un seul coup est lâché dans un champ, il va courir dans tous les sens, sauter, hennir. Il en est de même pour le mental lorsque la conscience dort, il entre dans tous les ébats possibles, il n’y a plus personne pour juger, pour s’opposer.


Le rêve, est-il une fonction que Dieu a créée ?

Quand une créature est créée, tout est généralement prévu dans son comportement et ses états de conscience. Mais, il n’y a pas une case dans votre cerveau qui se met en route sitôt que les paupières tombent, et qui serait le rêve. Ce n’est pas prévu comme cela. C’est quelque chose qui vient sitôt que le mental n’est plus soumis à la conscience, à la raison. Ceux qui vous ont fabriqués, savaient très bien que l’individu allait engendrer des rêves, mais il n’a pas été prévu un plan, une case dans le cerveau pour le rêve.

Pourquoi l’individu rêve-t-il ?

Tant que l’homme sera insatisfait, tant qu’il aura des traumatismes, des remords, des désirs puissants, il va rêver.

L’initié, ne rêve plus, son mental est propre. Si un jour il rêve, c’est simplement un contact qui s’établit.

Dans l’ancienne civilisation d’Égypte, on entraînait les individus à se mettre dans un certain état de sommeil, et on utilisait le rêve de chaque individu comme moyen de contacter des entités, ou des plans de conscience, et recevoir des messages. Ils s’en servaient aussi comme moyen de transmettre des énergies. Cela est tout à fait faisable, mais n’est pas recommandable, ils l’ont fait, un point c’est tout. Il ne faut pas relancer cette science à l’heure actuelle, parce qu’il faut toujours respecter la conscience individuelle des hommes.

Le sommeil, comme le rêve, est une chose dont l’homme a besoin. Le sommeil, pour se recharger en énergie, le rêve pour se décharger d’un certain type d’énergie.

Pendant la nuit, il se passe chez les individus un énorme trafic d’énergies. Il y a des énergies qui rentrent et d’autres qui sortent. À un moment donné, il y a rencontre et cela peut donner le cauchemar. Lorsque ces énergies revitalisantes entrent et qu’elles se confrontent à des choses négatives, ces choses négatives sont revitalisées, et au lieu d’être évacuées dans une demi-inconscience qui ne laisserait aucune trace au réveil, cette demi-inconscience devient beaucoup plus grande et l’individu se réveille tellement l’effroi du rêve lui fait peur.


Dans quel état devez-vous vous endormir ?

Pour participer pleinement à l’épuration de votre mental, endormez-vous toujours dans une position convenable, jamais sur le ventre ou à moitié accroupi. C’est le meilleur moyen pour bloquer les énergies, et faire des distorsions dans les circuits.

Couchez-vous toujours bien droit, bien allongé, les bras le long du corps ou posés sur un centre spirituel, celui que vous voudriez éveiller par exemple. Comme cela, pendant votre sommeil, ces énergies revitalisantes entrant en vous, vont être plus spécialement dirigées sur le centre que vous voulez développer. Endormez-vous avec des pensées pures. Ceux qui ont des mantras, des prières, utilisez-les, ou visualisez un beau paysage.

Ainsi vous participerez à l’épuration de votre mental et rapidement, vous pourrez aller vers l’initiation.





Troisième question :



Pouvez-vous nous parler des maisons qui ont de mauvaises énergies ?


Si l’homme construisait des ondes de forme correctes et propres, les mauvaises énergies ne seraient pas aussi néfastes qu’elles le sont. Le potentiel négatif d’une énergie, dite mauvaise, d’une faille, d’un croisement ou autre, est augmenté par l’aspect incorrect des ondes de forme qui sont bâties maintenant et que vous nommez maisons et bâtiments.


La connaissance de l’homme doit s’exercer dans tous les champs d’application. Les énergies en elles-mêmes ne sont pas mauvaises. Une faille en elle-même ne l’est pas. Elle est tout simplement différente d’un autre potentiel énergétique de la terre. Ce qui la rend terriblement mauvaise, c’est l’onde de forme que l’homme bâtit dessus et où il y vit en complète inconscience. Si une onde de forme appropriée était installée à cet endroit, l’endroit deviendrait au contraire une source d’énergie exploitable.

C’est une science que les anciens connaissaient très bien et qui a laissé des traces partout sur la terre, que ce soit par le phénomène des menhirs, l’implantation d’arbres gigantesques comme les chênes, l’implantation des cathédrales, des temples, des pyramides. Il faut penser à utiliser tout le potentiel énergétique que la terre vous offre.

Dans une maison, vous avez des prises électriques. Si vous utilisez ces prises pour faire fonctionner vos appareils, c’est très bien, si vous vous amusez à y mettre les doigts dedans, cela devient très mauvais. Avec les forces de la terre, c’est pareil.

Il y a des endroits où vous pouvez vivre et dormir, et des endroits où il ne faudrait bâtir que pour travailler de manière intellectuelle, parce qu’à cet endroit, l’énergie favorise le corps mental. Il y a des endroits où vous ne devriez travailler que de manière magique ou cérémoniale, et d’autres pour guérir et pas n’importe quoi, car tout dépend encore de la charge vibratoire de la maladie.

Un malade, envoyé dans un lieu où l’énergie est trop forte, peut voir sa maladie amplifiée. Si vous trouvez la juste correspondance, sa maladie va être anéantie.

Il faut que l’homme connaisse la terre aussi bien que lui-même. Cette sagesse, cette connaissance n’est pas oubliée. Il y a des gens qui sont les tenanciers de cette connaissance, mais au lieu de la partager avec le monde ils en font encore des secrets initiatiques, et cela est stupide. Pour nous, tous ces gens qui perpétuent ces ordres, ces écoles, qui vivent avec les mêmes idées, avec les mêmes secrets initiatiques que dans le passé, sont un problème.

À l’heure actuelle, les connaissances qui autrefois, étaient considérées initiatiques, mériteraient de faire partie de votre culture. Ces temples, ces gens, les druides ou les autres devraient donner cette connaissance, plutôt que la garder pour perpétuer un ordre que personne ne veut plus, et qui est complètement mort.

Si vous rencontrez ces gens-là, essayez d’extirper un maximum de renseignements et donnez-les à la science, vous ferez une bonne action. Ne craignez pas d’avoir trahi un secret initiatique, c’est le cinéma qu’ils se font. Les ordres d’aujourd’hui sont manifestés maintenant et ont des noms que vous connaissez, ils n’ont rien à voir avec les choses du passé.

Pourtant nous aimons les choses qui ont été faites dans le passé, elles ont été très utiles, mais c’est l’état d’esprit, que les contemporains y mettent, que nous trouvons mauvais. Cherchez auprès de ces gens les clés, et sachez utiliser le réseau énergétique de la terre.


Comment se protéger, puisque les maisons sont bâties et que l’on continue à faire ces mêmes erreurs lors de leurs constructions ?

Il faudrait que vous puissiez localiser dans votre maison les points où se diffuse le plus intensément cette énergie, et qu’à cet emplacement vous y mettiez des chiffres, des chiffres sacrés, ou des ondes de forme, de manière à transformer cette énergie. Ce sera alors, une énergie qui ne vous ennuiera plus.

Pensez à mettre le sceau-de-Salomon sur votre porte d’entrée. Le sceau-de-Salomon, ces deux triangles qui s’entrelacent, est une onde de forme magistrale pour diffuser des énergies neutres.

Celui qui est radiesthésiste pourra dire si ma parole est vraie ou pas. Prenez votre pendule passez-le sur le sceau-de-Salomon et voyez à quel point il est neutre. Pensez à mettre ce pentacle. Je ne vous propose pas de faire tout un rituel autour du pentacle, mais mettez au moins l’onde de forme, cette onde diffusera, qu’elle soit consacrée ou pas.

S’il y a plus particulièrement dans une pièce une perturbation tellurique, mettez le sceau à la porte et à la fenêtre et le plus possible essayez d’être plus spirituel pour ne plus être gênés par ces ondes-là. Mettez un initié sur le plus mauvais croisement tellurique qui existe sur la terre, il ne sera pas content, tellement délicat, tellement réceptif, il va ressentir que la chose est dérangeante, mais il ne sera jamais perturbé dans aucun de ses corps, et il n’aura aucune maladie.

Puisque le monde n’est pas adapté pour la vie, pensez à vous adapter à une certaine vie cosmique. Comme cela, quelle que soit la structure du monde, étant donné que vous vivrez avec la seule réalité qui soit, vous n’aurez plus de désagrément dans ce monde.

À propos des ondes de forme et des constructions, il y a beaucoup à dire et beaucoup à refaire. Pour chaque type d’activité il y a une onde de forme. Pour les temples, il y a une onde de forme spécifique. Pour les hôpitaux, une onde de forme doit être trouvée, pour permettre d’intensifier les rayons de la terre et du cosmos dans le corps éthérique, puisque c’est avant tout là, qu’il faut soigner la maladie.

Donc, si tous les hôpitaux étaient bâtis suivant ce système, il y aurait beaucoup plus de guérisons. Pour les collèges, les universités, il faut trouver une onde de forme appropriée qui prédispose à la concentration et au développement du corps mental. Dès que l’on veut jouer avec les énergies, on entre dans des spécifications qui n’en finissent plus. Mais avant de demander toute cette connaissance et ces efforts aux hommes, il faut qu’ils deviennent pleinement humains.

L’animal vit dans un terrier, l’homme vit dans sa maison carrée parce qu’il n’est pas véritablement un homme, un homme fils de Dieu. On ne va pas à Dieu dans une maison à l’onde de forme non appropriée. Mettez des ondes de forme bénéfiques dans un pays où il y a des barbares, cette humanité ne sera pas plus avancée. Par contre, si cette humanité essaie de s’améliorer, alors tout ira bien. Mais il faut que cette humanité s’améliore dans les principes fondamentaux de la vie.

Les ondes de forme, l’architecture, sont des choses importantes qui doivent être découvertes, mais qui ne représentent pas les fondements mêmes de la vie. C’est pour cela d’ailleurs que, lorsque les gens s’incarnent, ils ont des activités diverses. Il y a des scientifiques, des artistes, des messagers.

Alors, j’entends la question :

Pourquoi un grand savant n’est-il pas médium ?

Ainsi, il prendrait dans la connaissance cosmique tout ce qu’il faut pour améliorer l’humanité.

Pourquoi un grand médecin n’est-il pas médium ?

Ainsi, il pourrait avoir accès à la médecine cosmique et établir ainsi un nouveau fondement.

Pourquoi un grand politicien n’est-il pas médium ?

Ainsi, il serait inspiré pour construire les structures d’une nouvelle société.

La chose n’est pas impossible, car un être humain représente un potentiel spécifique d’actions. Ceux qui sont messagers transportent un message qui essaie généralement d’apporter des éclaircissements sur les fondements de la vie. Comme certaines personnes s’occupent de ce travail, c’est une chose faite. Maintenant il faut s’occuper de la structure de la société.

Puisqu’un homme ne peut faire qu’une chose à la fois, il y a des politiciens qui feront, bien ou mal inspirés, selon leur réalité intérieure, leurs acquis, et suivant la bêtise ou à l’intelligence des gens à les suivre, à les élire ou pas.

Ensuite, il y a toutes les connaissances liées à cette société : la médecine entre autres, les arts, la chimie, les études spatiales. Il y a des hommes prévus pour chacun de ces secteurs. Chacun accomplit sa tâche et ainsi il y a complémentarité entre tous les humains.

Il ne faut pas s’attendre à ce qu’il y ait, un jour, un nouvel Einstein, par hasard médium, qui arrive à trouver toutes les énigmes mathématiques, donnant ainsi toutes les clés de l’espace et de l’univers, mais cela n’est pas impossible.

Dans une découverte, il y a toujours une part d’inspiration grâce à la concentration obtenue par le chercheur. Mais chaque homme étant tellement spécifique, chaque travail réclamant une forme d’esprit, une constitution intellectuelle spécifique, que celui qui est conçu pour travailler dans le domaine scientifique, aura malheureusement beaucoup de mal à subtiliser ses canaux pour être le récepteur d’un guide ou d’une inspiration clairement entendue.

Il ne faut pas voir les choses dans leur différence, il faut les concevoir dans leur complémentarité. Ainsi chaque zone, chaque secteur de la vie, est en évolution. La science, la société, la spiritualité, parce que des gens viennent et veulent travailler dans l’un de ces secteurs. Il ne faut pas voir ces secteurs séparés, il faut les voir unis, et ainsi vous vous sentirez aidés dans toutes les zones de la vie. Chose qui n’est pas évidente dans vos cœurs et vos esprits à l’heure actuelle, à cause que vous faites cette séparation.

La séparation, méfiez-vous d’elle. Si vous voulez retourner vers la perfection, il faut oublier la séparation. C’est ce qui engendre la limite sur un plan intellectuel et sur un plan spirituel. C’est ce qui engendre le disciple et le Maître. Lorsqu’il n’y a plus de séparation, le Maître devient un frère et vous devenez, comme par hasard, le Maître.


Peut-on influencer le tellurisme avec des ondes de forme ?

Il y a beaucoup à dire à propos du tellurisme et des ondes de forme. L’homme doit chercher, l’homme doit s’instruire, et pour cela, je vous le dis, le passé est très bon. Donc, toutes les ondes de forme que vous voyez que ce soit sur terre ou dans les livres, il faut les utiliser pour arriver à domestiquer cette énergie terrible afin de la rendre bénéfique à la terre.

Toutes les ondes de forme du passé sont des formes qui ont été faites avec grandes connaissances. Sont morts, les ordres et les écoles qui étaient autour de cette connaissance, mais leur sagesse, leur culture ésotérique, leur connaissance n’ont pas de temps.

Alors, pour détourner les mauvais aspects d’une énergie, n’ayez pas peur d’avoir recours à la connaissance du passé. Pour une fois le passé ne sera pas une entrave. Parce que ce qui est, est. Si vous allez dans le passé pour chercher la religion, vous allez vous enfoncer, traîner un boulet.

Si vous allez dans le passé pour vous approprier une connaissance scientifique, la science étant la science et n’ayant pas de temps, ce sera une bonne chose.





Quatrième question :



Qu’est-ce qu’une âme sœur ?


Sur le plan des réalités cosmiques, ce n’est pas un concept bien défini. Sur un plan terrestre, c’est une énergie qui entre en complément à la vôtre sans être similaire. Certains font des réincarnations multiples en étant ensemble, en travaillant ensemble, en se mariant ensemble. Cela déclenche des complémentarités et ces personnes se retrouvent chaque fois, à chaque naissance, ensemble. Pas forcément aux mêmes âges. Ce sera le père et l’enfant, le mari et la femme ou l’amie, ou Maître et disciple. Ce qui crée l’âme sœur c’est cette complémentarité, mais cela n’existe pas en tant que réalité cosmique. C’est tout simplement une harmonie.

Sur un plan un peu plus cosmique, ce sont des gens qui ont fait tous leurs cycles d’évolution ensemble, ce qui est quand même fort rare à trouver, parce qu’ils sont toujours séparés à un moment de la vie, l’un allant plus vite que l’autre, ou voulant expérimenter d’autres choses. Mais dans le cas où ces gens arrivent à faire un maximum d’évolution ensemble, se retrouvant ensemble devant le Maître, il se crée une véritable union et ils paraissent, en tant qu’âme, comme des siamois.

Leurs réincarnations deviennent quelque chose de très difficile, parce qu’ils ont tellement eu l’habitude de prendre l’énergie de l’autre, qu’ils ne sont pas vivants en tant qu’une propre individualité, même si leur conscience a atteint un certain état d’individualité. Énergiquement, ils sont tellement soudés, qu’il faut leur apprendre, petit à petit, à se séparer. Alors ils passent par de petites épreuves qui ne sont pas des épreuves initiatiques typiques, mais tout simplement des moments où ils expérimentent la solitude et le bien-être qu’il y a à être pleinement seul. Je vous le dis, ce n’est pas un concept qui existe vraiment. C’est une complémentarité ou un attachement trop long grâce aux incarnations de deux êtres.


Pourquoi la Bible n’en parle-t-elle pas ?

Je vous demande, pourquoi les hommes n’ont-ils pas permis à la Bible d’en parler ?

Vous savez très bien que beaucoup de vérités ont été soit enlevées, soit voilées. Ce qui fait que l’individu est obligé d’utiliser des clés pour lire ce qui est écrit. Mais la Bible en parle. Il y a une phrase très courte à propos de cela, mais elle paraît tellement banale, que les individus ne l’ont même pas remarquée, autant ceux qui ont retranscrit la Bible que ceux qui la lisent aujourd’hui.

Ne vous inquiétez pas, même si ce livre a été quelque part tronqué, transformé, il est tellement sacré, qu’il a pris toute l’occupation des Maîtres à un moment donné, pour qu’un maximum d’éléments véritables soient gardés. Heureusement l’essentiel est écrit. Le reste, après tout, n’est pas bien important, la science le fera. Ce qui compte, c’est que le fondement même de la vie soit marqué en intégralité.

Pour nous, voyez-vous, il y a toujours une différence entre les fondements mêmes de la vie et le message de connaissance, qu’il est bon d’apporter naturellement, mais qui reste secondaire. C’est pour cela qu’il semble y avoir une séparation entre spiritualité et science, ou monde spirituel et monde profane. Parce que la spiritualité s’occupe pour l’instant d’expliquer les fondements mêmes de la vie :

Comment devenir un être parfait ?

Et quelqu’un d’autre qui vient parler de la science, des planètes, de l’histoire de la terre, de l’histoire de l’homme.

Il ne servirait à rien qu’un Maître vienne vous donner toute cette connaissance si vous n’avez pas déjà une conscience beaucoup plus grande. Vous connaissez la phrase :

« Science sans conscience, n’est que ruine de l’âme. »

Cette phrase est capitale. C’est pour cela qu’apparemment la spiritualité, jusqu’à présent, s’est occupé de l’âme et de l’esprit de l’homme, parce que les Maîtres savaient bien que l’homme saurait se débrouiller tout seul, pour la connaissance de son corps et tout ce qui concerne la terre. Il a l’esprit suffisamment curieux et spéculatif pour aller chercher sous le recoin des étoiles ce qui s’y trouve.

Par contre, s’asseoir trente secondes pour méditer ou se contrôler, cela lui est impossible. Alors les Maîtres ont paré au plus pressé. Mais un jour viendra où tout sera réuni, parce que l’essentiel en l’homme, sera développé. Mais tant que cet essentiel n’est pas développé, vous aurez l’impression d’aller arracher la connaissance grâce à vos expériences et vos souffrances, alors qu’il n’en est rien. La connaissance vous est tout aussi ouverte que les messages qui ont été donnés par tous les médiums et tous les prophètes.

Imaginez qu’il y ait dans le cosmos une grande bibliothèque où toute la connaissance serait écrite : comment faire une fusée performante, comment guérir toutes les maladies ?  Etc.

Mais tant que l’homme ne sera pas au moins un homme, il ne pourra pas aller voir dans ce ciel-là. Il s’agit tellement de parler d’énergie et de grands principes, qu’il serait incapable de comprendre. D’une certaine manière, l’homme acquiert de lui-même. Ce qui ne veut pas dire qu’il est seul dans sa recherche. Chaque fois, de grands individus donnent cette connaissance. Ce n’est pas n’importe qui, qui trouve, c’est toujours, à un moment donné, quelqu’un de supérieur.

Les hommes ne sont pas laissés seuls avec leur matière, mais nous nous occupons plus précisément de l’âme, et après, nous unirons les deux. Quand l’homme aura uni sa matière à son âme, nous unirons notre connaissance à la terre et à la matière. À moins que l’homme ne vienne à nous, nous n’irons pas à lui.





Cinquième question :



Pouvez-vous nous parler de la science des nombres ?


C’est une science sacrée.

Comment les nombres peuvent-ils diffuser une énergie, ou être potentiellement porteur d’une énergie ?

Le nombre n’est pas une onde de forme comme cela se présente pour le pentacle. Le nombre est une combinaison de chiffres, et c’est le chiffre qui compte. Le chiffre en lui-même ne représente rien. Il représente subtilement un principe. Quand il y a combinaison de principes, il y a combinaison des énergies, et c’est pour cela que les nombres sont capables d’une action, sont capables d’exorcisme comme d’envoûtement.

C’est pourquoi aussi ils restent toujours autant déterminants dans l’accomplissement des grandes architectures. Qui veut bien bâtir, ne peut pas bâtir autrement que par la science des nombres.

Le nombre est né du chiffre, le chiffre étant lui-même dépositaire d’une connaissance que l’on pourrait nommer kabbalistique. Or la connaissance de la Kabbale représente les secrets dévoilés sur toute la structure cosmique.

Voilà pourquoi il est bon d’utiliser cette science et pourquoi elle fonctionne. Mais entrer en détail dans le pouvoir de chaque chiffre me demanderait véritablement trop de temps. Des écrits ont paru, la connaissance a déjà été donnée à ce propos.

Lorsque vous voulez acheter un livre concernant cette science, ce que je vous conseille ce n’est pas d’acheter un titre, mais un auteur. Dans la préface, regardez à quels renseignements cet auteur se réfère. S’il se réfère à des connaissances du passé, cela est bon.

Je vous le répète, la science est la science, qu’elle vienne du passé ou qu’elle soit du présent, c’est la religion qui doit changer. Donc, si l’individu semble se référer à des textes anciens, à des connaissances anciennes, alors achetez ce livre. Si c’est le petit intelligent du coin qui essaie de faire, en quelque sorte, sa combine, n’achetez pas.

À l’heure actuelle, il y a beaucoup trop de livres dans ce sens, d’où le besoin pour vous d’exercer sans cesse votre discernement. Avec l’extériorisation de la hiérarchie, l’extériorisation des énergies qui viennent et qui amènent les hommes à exprimer ce qui était caché, tout un chacun peut finalement prendre un mystère, écrire un livre, faire une conférence, s’installer comme prêtre, s’installer comme Maître et diffuser son enseignement, créer sa structure, vendre son produit.

C’est le risque. De la même manière, avec l’énergie, l’individu peut faire de la magie noire ou de la magie blanche. Tout est donné maintenant, mais l’individu, s’il a un fond quelque peu spéculateur ou profiteur, va essayer d’exploiter ce domaine. Et puis, il y a ceux qui agissent, non pas avec l’idée du profit, mais avec un manque d’intelligence. C’est-à-dire que s’intéressant au sujet, ayant fait des études, voulant en fait être un porte-parole, mais n’ayant pas suffisamment de connaissances, il se croit capable de s’exprimer.

C’est à vous d’avoir le discernement nécessaire. Sur la terre, à l’heure actuelle, il y a de nombreux guides.

Êtes-vous allés voir chez tous les guides ?

Non

Vous essayez de savoir quel est le meilleur et le plus juste. Dans la littérature, dans la connaissance par les livres, c’est pareil, essayez toujours de voir ce qui est juste. Ne vous lancez pas dans la lecture de n’importe quoi parce que le titre est bon. Il faut savoir si le contenu est bon.





Sixième question :

En Dieu y a-t-il encore de l’humain ?

Et quelle importance accordez-vous à la Bhagavad-Gita ?


De nombreux livres ont des bases sacrées. Le problème pour certains de ces livres, qu’ils soient hindous, d’autres peuples ou d’autres religions, c’est qu’ils sont entachés de structures religieuses.

Lorsque vous lisez un de ces livres, étant donné qu’il y a toujours des prescriptions du genre : « comment devenir disciple, comment prier, comment adorer, comment se vêtir, comment manger », immanquablement vous vivez la structure du passé. La structure du passé est toujours abolie, puisque les structures sont toujours en plein développement, donc en changement. C’est le premier problème. C’est le risque lorsque l’on se plonge dans les livres anciens à tendance religieuse.

Le deuxième problème c’est lorsqu’un livre, un écrit, est donné dans une civilisation, il est toujours donné, filtré, par l’inconscient collectif de cette civilisation. À moins que celui qui capte le livre soit pleinement un juste, c’est-à-dire quelqu’un vivant dans la réalité et cela n’est pas facile à trouver, parce qu’il faut avoir de nombreuses initiations pour cela, il y a toujours le danger d’un filtre.

Aux Indes puisque vous nommez leur culture, il existe de multiples dieux.

Est-ce que ces dieux existent ?

Vous savez très bien que non.

Ces choses existent en tant qu’énergie, en tant qu’égrégore, et pourtant ils appellent cela des Dieux. Ils les adorent, ils leur font des sacrifices. Ces Dieux-là sont la structure de certains yogas, de certaines religions. Donc, les yogas et les religions qui ont pour base l’adoration de ces différents Dieux, ne sont pas mauvais, mais ils ne sont pas pleinement réels. C’est pour cela qu’il y a toujours un certain risque à remonter dans le passé en ce qui concerne l’aspect philosophique de la spiritualité, alors que, si vous allez chercher dans le passé l’aspect connaissance, comme pour le tellurisme, il n’y a aucun risque parce que cela est établi, il n’y a pas trente-six façons de voir le tellurisme et de le transformer.

Voir Dieu, là oui, il y a trente-six façons de le voir. Donc, pour nous, tous ces livres sont bons, puisqu’ils ne sont pas loin de la vérité. Mais pour qu’ils puissent pleinement révéler leur vérité, il faut que celui qui lit, soit pleinement éveillé à un autre type de conscience, sinon, il se fait, d’une certaine manière, programmer par les petits concepts, par la petite structure, par les petits filtres qui sont manifestés dans cette philosophie.

Il ne faut pas oublier qu’une religion s’appuie toujours plus sur une philosophie que sur une vérité. Si les ordres s’appuyaient sur des vérités, il n’y aurait pas de religion, il y aurait tout simplement le temple de Dieu, le temple de la lumière. Mais le problème, c’est que les religions s’appuient sur des philosophies. Donc, aller chercher dans des religions des explications à propos de Dieu, est une démarche fausse, à moins que vous ne soyez suffisamment épurés pour ne pas vous laisser piéger par ces images.

Le but, maintenant, est de permettre à l’homme de comprendre pleinement ce qu’est Dieu, et je reviens donc à la première partie de la question.

Un jour j’ai dit, et avec mille précautions d’ailleurs, que Dieu n’existait pas, et je le répète. Ne croyez pas que je sois l’enfant du diable, l’antéchrist. Je dis que Dieu n’existe pas, nous le disons tous, parce que nous voulons détruire l’image que vous avez de ce Père. Ce qui n’existe pas, c’est cette philosophie que vous avez créée autour de ce concept divin.

Les scientifiques sont beaucoup plus proches de l’image de Dieu que les dévots. Le dévot est proche de Dieu d’une certaine manière, mais ne connaît rien de Dieu. Le scientifique ne communique pas avec Dieu, mais il connaît son corps, et à force d’étudier le corps, immanquablement, un jour il en viendra à sa conscience, alors que le dévot n’ira nulle part, il va prier, c’est tout.

Un jour j’ai dit qu’en étudiant l’infiniment petit, vous allez comprendre l’infiniment grand et que la science était pour nous un moyen de révéler les aspects cosmiques de la vie. Rappelez-vous ce que j’ai dit au début, tout est énergie, et comme l’énergie est de l’intelligence, alors Dieu n’existe pas comme vous l’imaginez.

Non

Ce Dieu-là n’existe pas, et si certains ne se sentent pas la foi suffisante pour prier, je les comprends, parce qu’en fait, l’objet de la prière n’existe pas et si l’homme actuel ne peut pas faire cette prière, tant mieux, parce qu’elle serait fausse.

Ce qui est à faire avec Dieu, c’est une communion d’énergie, une communion sur un plan de conscience. Autrefois, les gens pouvaient prier parce qu’ils étaient superstitieux, alors en petits poussins affolés ils allaient sous l’aile du grand Dieu. À l’heure actuelle, par la connaissance, par la science, les gens sont devenus un petit peu plus indépendants vis-à-vis de Dieu. Alors ils ne prient qu’en cas de jambes cassées. La plupart des gens d’ailleurs ne peuvent plus prier, et c’est très bien.

Disons que cela peut paraître alarmant, lorsque l’on ne regarde que l’étape. Mais lorsque l’on sait que ce n’est qu’une étape et que l’homme est en train de se détacher de l’aspect superstitieux, de l’aspect dévotionnel, pour aller vers un aspect d’intelligence et d’entendement, alors l’étape devient nécessaire, elle devient évidente, et elle est acceptée, comme la chute des religions.

Il y a des gens qui crient au secours et qui pensent que sans les religions il n’y a plus de structure, il n’y a plus de morale, cela devient n’importe quoi et c’est la catastrophe.

Non, pas du tout. Dieu n’est pas oublié. C’est une nouvelle image de Dieu que les gens cherchent, et heureusement, parce que ce sont eux qui vont permettre l’arrivée d’une nouvelle connaissance, parce qu’ils la veulent, parce qu’ils la cherchent, et que lorsqu’un individu cherche, Dieu donne.

Frappe et l’on t’ouvrira, n’est-ce pas là la phrase ?

Donc le fait que les gens soient détournés de la religion est une étape utile et il ne faut pas avoir peur que le monde perde sa morale, sa structure pour autant. Si au contraire, vous savez ce qui est en train de se passer, alors, vous êtes plus à même d’aller directement vers la nouvelle étape et de diriger aussi tous ceux qui sont en train de se détacher d’une rive pour aller vers l’autre, plutôt qu’ils ne perdent du temps et risquent de se noyer.


Alors Dieu a-t-il un côté humain ?

Il lui arrive d’en avoir en effet, à de rares occasions, lorsqu’il va vers les humains et qu’il accepte de se voiler pour être intelligible, pour être approchable par les hommes. Tout le phénomène de Dieu est dans la descente, il ne réside pas dans son existence, il réside dans sa descente.

C’est justement de là que viennent tous les mystères, toutes les magies. Là-haut, il n’y a que lumière et énergie. Le fantastique est dans sa descente, parce qu’il prend des formes multiples, des créatures, des hiérarchies, des mondes, des secrets multiples sont engendrés selon les humanités et les créatures. C’est la richesse de la vie.





(Celui qui dirige la conférence dit)

Avez-vous encore quelque chose à nous dire ?

(Ce à quoi Pastor répond)

Tout et rien en vérité. Tout, parce qu’il y aurait énormément des connaissances à vous transmettre, et rien, parce que tant que vous n’êtes pas devenus disciples je ne peux rien vous transmettre. Donc, travaillez, devenez ces apôtres, soyez dignes, soyez nobles, ayez la force, la foi. Soyez convaincus que la lumière est en vous. Travaillez à la faire descendre. Ayez de la patience, du discernement. Faites cela.


Je vous salue.